3 questions à l'illustratrice belge Carole Wilmet

03/08/11 à 12:49 - Mise à jour à 12:49

Source: Weekend

Durant cet été, chaque couverture du Vif Weekend sera illustrée par ses soins. Elle fait aussi partie des 5 illustrateurs à avoir remporté le grand concours d'illustration organisé par le magazine Glamour France, dans lequel je l'ai découverte.

3 questions à l'illustratrice belge Carole Wilmet

© Sophie/Alerte à Liège vue par Carole Wilmet.

Elle, c'est la Liégeoise Carole Wilmet (à prononcer "ouillemais" et pas "ouilmette" ni "vilmette", comme elle aime le rappeler). Après ses études de graphisme à Liège, elle s'est lancée en tant qu'illustratrice free lance. A 22 ans, tout semble lui sourire...

1. Carole, parle-nous de ton travail.

J'habite et je travaille à Liège. Pour l'instant, je travaille beaucoup et comme je suis un peu touche-à-tout j'ai l'occasion de varier les projets (illus, flyers, sites web, ...) ainsi que les clients (le Vif Weekend, Astor Cosmetics, Marie-Claire, ...). Je suis particulièrement inspirée par la mode, le cinéma, la culture et les choses colorées même si au final, mes illus sont souvent dans des tons assez pastels. J'adore regarder les gens, analyser leur comportement et m'en inspirer. J'aime beaucoup dessiner le côté très terre à terre du quotidien. Les mimiques sont aussi une de mes grandes passions.

2. Quel regard portes-tu sur la mode? Vois-tu cela comme quelque chose de superficiel? De rigoureux? De contraignant? D'amusant? La mode est évidemment une de mes grandes sources d'inspiration. J'ai beaucoup hésité à entreprendre des études de stylisme en sortant de l'école. Finalement, je ne l'ai pas fait et je ne le regrette pas: je crois que c'est un milieu où on n'a pas le droit à l'erreur. Mis à part cela, je pense que la mode est faite d'un peu de tout ce que tu as cité. Il faut être passionné pour bosser dans ce milieu, comme dans la plupart des domaines artistiques, mais la mode a en plus un côté business/stress/timing que la plupart des autres disciplines n'ont pas, ou moins. C'est une véritable industrie, mais je persiste à croire qu'habiller quelqu'un, créer une pièce, doit être un truc génial.

3. Penses-tu que tu puisses développer ta carrière d'illustratrice à Liège ou envisages-tu de partir dans une ville plus internationale? J'ai la chance d'avoir un job où on ne doit pas rester à un endroit fixe. La plupart des échanges avec les clients se font via Internet, ça me permet d'avoir des clients du monde entier et de pouvoir moi-même bouger. Je pense pouvoir développer ma carrière en Belgique aussi bien qu'ailleurs mais si l'occasion se présente, je n'hésiterai pas à voyager!

Sophie Ismail

En savoir plus sur:

Nos partenaires