5 bonnes raisons de découvrir la galerie Valérie Bach, à Bruxelles

12/04/12 à 10:01 - Mise à jour à 10:01

Source: Weekend

Galeriste française débarquée à Bruxelles en 2005, Valérie Bach inaugure ce 20 avril un espace d'exposition d'exception qui va faire parler de lui. Tout bon pour l'aura arty de notre capitale!

5 bonnes raisons de découvrir la galerie Valérie Bach, à Bruxelles

© DR

1.Faire la connaissance de l'une de ces "Françaises de l'art" qui contribuent à la notoriété de Bruxelles. Tout comme Almine Rech, Nathalie Obadia ou Flore de Brantes, Valérie Bach fait partie de ces Françaises qui ont misé sur notre capitale. Différence notable, cette self-made-woman originaire d'Arcachon et formée chez le galeriste parisien Baudouin Lebon a commencé modestement, mais intensément. Quelques mètres carrés à peine, dans le quartier du Sablon, où elle a exposé des pointures telles que Pascal Bernier, Clément Borderie, Sunghee Lee, Cat Loray, Arno Rafael Minkkinen, Gérard Rancinan... Photographie, peinture ou sculpture, tout lui parle.

2. Assister à un nouveau départ dans un bijou du patrimoine bruxellois. Les 2 300 m2 de la nouvelle galerie prennent place dans un lieu remarquable : un hangar classé de style néoclassique dont la construction remonte à 1877. D'abord piste de patinage à roulettes puis garage Bugatti aux alentours de 1900, ce vaste espace a également abrité les voitures de collection d'un ancien coureur automobile. Le tout pour un décor époustouflant faisant valoir une hauteur sous toiture de 17 mètres et une splendide structure en verre.

3. Rêver à un projet plus vaste. L'inauguration du 20 avril lèvera le voile sur la nouvelle galerie mais ne dira rien du centre d'art contemporain qui y sera adossé à terme. Initié par le collectionneur d'art Philippe Austruy - à qui l'on doit déjà le parc de sculptures de Peyrassol dans le sud de la France -, ce centre aura pour mission d'accueillir deux à trois fois par an des installations monumentales d'envergure internationale. Reste à savoir quand, l'initiateur du projet ayant des difficultés à concilier ses vues avec celles de la Commission des Monuments et Sites de Bruxelles.

4. Se laisser happer par l'exposition inaugurale 13 peintres et moi. Loin d'être narcissique, ce premier événement est une carte blanche offerte à Pascal Bernier. L'artiste et sculpteur bruxellois a réuni autour de lui 13 peintres belges ou vivant et travaillant en Belgique. Le casting ? Robert Quint, Xavier Noiret-Thomé, Jean-Baptiste Bernadet, Robert Suermondt, Damien De Lepeleire, Michael Dans, Bernard Gaube, Pascal Courcelles, Aurélie Gravas, Michel Mouffe, Delphine Boël, Boris Beaucarne... et Charlotte Beaudry.

5. Revoir le travail de Charlotte Beaudry. La dernière exposition au Wiels de cette Hutoise de 43 ans a laissé des traces dans les mémoires. Son travail figuratif qui pose la question de comment peindre aujourd'hui fait mouche. Tout particulièrement à travers ses sacs à main ouverts qui nous plongent au coeur de l'intime et du féminin. Certains y voient L'Origine du Monde de Courbet, version époque contemporaine.

Michel Verlinden

13 peintres et moi, galerie Valérie Bach, 6, rue Faider, à 1060 Bruxelles. www.galerievaleriebach.com Du 21 avril au 2 juin prochain.

En savoir plus sur:

Nos partenaires