Estime de soi: et si on critiquait votre physique comme vous le faites vous-même...

10/03/15 à 14:33 - Mise à jour à 14:45

"Tu es moche, grosse, tu as les traits tirés, et regarde-moi ces cernes. J'aimerais au moins te voir un jour avec un corps potable. potable. Cela vous dit quelque chose ? Normal, on est rentré dans vos têtes, et c'est pas joli joli.

Estime de soi: et si on critiquait votre physique comme vous le faites vous-même...

© capture d'écran

Quelle femme n'est pas quotidiennement à critiquer son apparence, qu'il s'agisse de ses gros bras, de kilos en trop, de détails du visage, sans parler des rides, cernes et autres marques qu'on aimerait tant effacer.

Ainsi, en France, seules "8% des femmes ont confiance en leur beauté et uniquement 3% se sentent vraiment belles." C'est peu. Trop peu. Cette étude, commandée par Dove, vient étayer le postulat de cette marque qui qui veut faire prendre conscience aux femmes que leur beauté réside en elles-même, et non dans les pages de magazines par exemple. Et d'oeuvrer depuis des années pour que les femmes, petites, grandes, maigres, grosses, s'acceptent et s'aiment.

La marque réitère ainsi son expérience menée il y a maintenant deux ans qui tendait à prouver en images que les femmes avaient tendance à se voir moins belles qu'elles ne le sont vraiment. Et que c'était bien dommage.

Cette fois-ci, Dove a casté dans la rue des femmes, plutôt jolies d'ailleurs, et leur a demandé de noter dans un carnet chaque pensée critique qu'elles émettaient à leur propre égard sur leur apparence, au moment où celle-ci leur venait à l'esprit.

Dans un deuxième temps, quelques jours plus tard, un membre de l'équipe a invité chacune de ces participantes à boire un café, sans motif direct. A la table d'à côté, une femme (actrice) balance ces pensées notées au préalable par les participantes, à une amie (actrice elle aussi), à la manière d'un règlement de compte à sens unique. Des remarques d'une extrême violence quand elles sont adressées par un tiers. A travers ce spot, l'idée de Dove est de dire que la violence de ces propos est tout aussi brutale lorsqu'on se les adresse à soi-même.

Alors certes il s'agit de com', de marketing, peut-être même que d'actrices. Mais ce qui vaut ici est la justesse du propos. A savoir que personne, même et surtout nous-mêmes, ne devons nous parler de la sorte. Et que finalement, l'estime de soi et la confiance importent plus que la beauté, ou en tout cas l'idée qu'on s'en fait.

Nos partenaires