J'ai testé le Float Tank, caisson d'isolation sensorielle, pour un "retour à l'état foetal"

21/03/18 à 16:02 - Mise à jour à 22/03/18 à 15:17

Qui n'a jamais rêvé de ne plus sentir le poids des soucis, de la fatigue, des nuits trop courtes, du stress, ou tout simplement de la pesanteur terrestre ? Aussi bienheureux soit-il, cet individu se rencontre rarement. Alors quand on vous propose de tester un engin qui vous fera retourner dans le giron originel, l'occasion est trop belle. Après 7 jours de travail non-stop et une vie de famille aussi trépidante qu'harassante, tester les bienfaits annoncés de ce mystérieux "float tank" tombait à pic.

J'ai testé le Float Tank, caisson d'isolation sensorielle, pour un "retour à l'état foetal"

. © Getty Images/iStockphoto

"Coupé de toute contrainte d'apesanteur, des bruits ou des sollicitations extérieures, le Float Tank est une véritable expérience en tête-à-tête avec soi-même. Comme un retour inédit à l'état foetal ". Une telle promesse de jouvence qui éveille notre curiosité. Ni une, ni deux, rendez-vous est pris pour vérifier si celle-ci est tenue. Expérience.

Un float tank, quesako ?

Un float tank est un caisson de flottaison, autrement appelé caisson d'isolation sensorielle ou de privation sensorielle. Son principe est simple : c'est une sorte de cocon, clos, rempli d'eau (environ 1000 litres) auquel est mélangée environ 500 kg de sel d'Epsom (sulfate de magnésium), le tout maintenu entre 36°C et 37°C, soit la température corporelle. Ce caisson isole celui qui y entre, de tout stimuli, qu'il soit sonore, visuel, tactile, olfactif ou encore gustatif. Le sel d'Epsom mêlé à l'eau permet la flottaison du corps, débarrassant aussi l'utilisateur de toute sensation de pesanteur.

J'ai testé le Float Tank, caisson d'isolation sensorielle, pour un "retour à l'état foetal"

© DR

Son origine remonte au milieu des années 50, quand le Dr John Cunningham Lilly, chercheur au National Institute of Mental Health le mis au point, prouvant après observation, que ce caisson accroissait l'expérience sensorielle sans intervention extérieure, alors qu'un éminent confrère prônait la nécessité de l'organisme d'être soumis à des stimulations.

Le float tank fut très à la mode aux Etats-Unis dans les années 80, où quelques centaines d'Américains s'en faisaient installer à demeure tandis que des milliers allaient profiter de ses bienfaits en institut. Les sportifs en vantaient aussi publiquement les mérites, l'utilisant pour perfectionner leur technique et accroitre leur récupération. Car ce caisson bienfaiteur est utilisé pour se relaxer, permettant d'accéder même sans entrainement, aux bienfaits de la méditation. Il permet aussi de soulager les tensions musculaires ou articulaires. Il connait depuis quelques années, sans doute grâce aux perfectionnement de sa technologie mais surtout de la vogue de la pleine conscience, un regain d'engouement, comme en témoigne ce documentaire consacré à ce phénomène.

Claustro, peur du noir et autres phobies

D'après l'expérience de notre hôte qui nous présente ce caisson, avant d'y pénétrer, certaines personnes disent leur crainte de s'ennuyer : une heure à flotter sans rien faire peut sembler une éternité pour qui ne l'a jamais fait. Or, c'est bien là le principe : perdre jusqu'à la perception du temps.

De mon côté, c'est l'aspect claustrophobique qui m'inquiète plus. L'idée d'être enfermée dans un caisson obscur, qui aurait plus tendance à réveiller l'angoisse. Mais il semblerait qu'ici, jamais personne n'ait fait de crise d'angoisse. Quand bien même j'inaugurerais la tendance, le caisson s'ouvre de l'intérieur en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, d'un simple geste.

Alors on se lance.

Après s'être parfaitement savonné, et protégé les microcoupures (l'hiver a été rude pour les mains), et autres petites plaies avec de la vaseline, pour éviter les picotements dus au sel, nue comme un ver, on se glisse dans l'eau, pour tester cette flottaison coupée de tout.

L'heure de rien

Les 10 premières minutes se passent dans une lumière bleutée, au son d'une musique planante, comme savent si bien en diffuser les centres de bien-être. Au bout de ces 10 premières minutes, l'hôte vous invite à éteindre la lumière. Et là, vous vous mettez à flotter dans la nuit noire. Peu à peu on perd ses repères, physiques et temporels. Alors on se dit que c'est fantastique, qu'on n'en aura jamais assez avec 50 autres minutes.

J'ai testé le Float Tank, caisson d'isolation sensorielle, pour un "retour à l'état foetal"

© DR

Outre le corps délesté de la pesanteur terrestre, c'est l'esprit qui commence à flotter. A ne plus s'accrocher à rien. Peu à peu, on perd la notion du temps qui s'écoule, sans doute encore, à l'extérieur. Est-ce donc ça que ressent un enfant dans le ventre maternel ?

En relater l'expérience est plutôt ardu, dans la mesure où elle est surtout extrêmement sensorielle, et qu'il faudrait ici parler du rien plutôt que de quelque chose. Parler de rien, du vide, n'est-ce pas là une aberration ?

Bon, s'il fallait résumer, disons que le terme "déconnecté" prend ici tout son sens. Déconnecté du temps, des stimuli extérieurs, presque de soi-même. C'est bien simple, si notre ventre ne s'était pas mis à gargouiller pour nous rappeler à notre propre existence et à l'heure du déjeuner, on en aurait même oublié qu'on était là.

Après trois quart d'heure, et malgré l'envie au début de l'expérience qu'elle ne finisse pas de sitôt, on commence à avoir chaud. A trépigner. A attendre le signal pour sortir.

Après une heure, arrive le moment où l'on quitte cette eau magique. Déphasé, toujours flottant, parfaitement reposé, et ravi de constater que ces traits tirés par les choses de la vie ont disparus. "On" nous répète à longueur de lecture de magazine féminin et autre ouvrage de développement personnel, qu'il faut "lâcher prise", "prendre du temps pour soi". Personnellement, je n'ai jamais bien compris en quoi cela consistait... Mais là où certains préconisent une séance de shopping ou un rendez-vous chez le coiffeur, je ne saurais trop vous conseiller cette expérience, pour vous retrouver, retoucher du doigt ce que vous êtes, un corps et un esprit qui flotte à travers le monde, en tentant de ne pas perdre de vue ce qu'il est. Un corps et un esprit.

Durée d'une séance : 40 minutes.

Prix de la séance: 60 euros

Le Float Tank, ou caisson de flottaison, existe actuellement en exclusivité au centre Energy Wave, dédié au bien-être et à la cryothérapie.

Energy Wave, 1393 chaussée de Waterloo, à 1180 Uccle.

www.energywave.be

Nos partenaires