La nourriture solide a-t-elle une influence sur le sommeil des bébés (et de leurs parents)?

10/07/18 à 09:52 - Mise à jour à 09:51

Source: Belga

De nombreux parents donnent à leurs bébés de la nourriture solide avant l'âge habituellement recommandé de six mois, dans l'espoir de mieux les faire dormir. Une grande étude britannique s'est penchée sur cette question de l'influence de la nourriture sur le sommeil du nourrisson et vient de livrer ses résultats.

La nourriture solide a-t-elle une influence sur le sommeil des bébés (et de leurs parents)?

© iStockphoto

Rares sont les études ayant porté sur un aussi grand nombre d'enfants, avec un protocole aussi rigoureux, les participants ayant été répartis aléatoirement entre les deux groupes. L'étude, qui initialement portait sur les allergies, a été publiée lundi dans la revue américaine JAMA Pediatrics.

L'expérience a été menée sur 1.303 enfants de trois mois en Angleterre et au pays de Galles, choisis entre 2009 et 2012 et suivis jusqu'à leur troisième anniversaire.

Les parents de la moitié d'entre eux ont été encouragés à donner de la nourriture solide, comme du poisson ou du blé, avant six mois, tandis que l'autre moitié des enfants devaient exclusivement être allaités jusqu'à six mois.

Le résultat: les enfants qui ont commencé à manger de la nourriture solide en avance dormaient plus longtemps et se réveillaient moins souvent la nuit. L'effet est petit, mais notable. Le nombre de réveils nocturnes est en effet loin d'être tombé à zéro, mais l'écart entre les deux groupes est jugé significatif, lorsque l'on regarde la médiane, descendue de 2,01 réveils par nuit à 1,74. Cela signifie que la moitié des enfants mangeant des aliments solides se réveillaient moins de 1,74 fois par nuit.

Une différence notable a également été enregistrée sur la durée du sommeil, avec un pic de plus de 16 minutes à l'âge de six mois.

Les chercheurs, dont Gideon Lack, du King's College London, reconnaissent qu'il est possible que les mères participant à l'étude aient répondu de façon plus positive aux questionnaires lorsqu'elles devaient donner des aliments solides, ayant anticipé un effet positif. Mais selon eux, il est improbable que ce biais se soit prolongé au-delà de six mois.

Au total, concluent-ils dans leur article, les nouvelles consignes récentes recommandant aux parents d'exposer leurs enfants plus tôt qu'auparavant à des aliments pouvant provoquer des allergies, comme les cacahuètes, pourraient aussi produire un bénéfice en terme de sommeil, tant pour les enfants... que leurs parents.

Nos partenaires