On a testé pour vous la sieste acoustique

24/03/16 à 13:57 - Mise à jour à 13:58

Source: Weekend

Dimanche, 15 h 30, Louvain-la-Neuve. Le hall de la Ferme du Biéreau est bondé. Rempli de personnes dotées de... coussins ! Des habitués, clairement. Ceux-là ont assisté à la sieste acoustique précédente, et savent pertinemment que le confort est un atout pour profiter pleinement de l'expérience.

On a testé pour vous la sieste acoustique

© VVG

En totale novice, je suis venue sans paire de chaussettes supplémentaire, ni couverture, ni coussin. Mais avec vingt minutes d'avance "pour assurer une bonne place", comme me l'avait conseillé l'organisatrice. De fait, à l'ouverture des portes, les gens se ruent sur les portants en bois. La raison ? Ils servent de dossiers.

"Je ne paie pas une place pour ne rien entendre", dit une dame. Moi, dans le mot sieste, j'entends "dodo", et je compte bien me laisser aller. Je choisis trois coussins à proximité du cercle d'instruments, situé au coeur de la salle. Comme mes voisins, je m'allonge de tout mon long. Ma veste me sert de couverture. Les lumières se tamisent, le silence s'installe. On nous demande d'éteindre les portables, de ne pas applaudir entre les morceaux et, si on ronfle, de le faire en rythme.

On a testé pour vous la sieste acoustique

© VVG

Entrée des artistes. Stéphanie Blanchoud est accompagnée de Gianni Marzo et d'un musicien. Le trio se faufile entre les corps allongés. Pour eux aussi, c'est une première. "Normalement, je parle dans mes concerts...", avoue l'artiste qui, cette fois, devra se faire violence et chuchoter entre les morceaux, pour éviter de réveiller ceux qui ont rejoint Morphée.

Début du concert. Wow. En ayant les yeux fermés, je ressens mieux l'intensité de la musique acoustique, la tessiture des voix, les aigus de la mandoline, les caresses du violoncelle. Je me sens plus connectée. Mon esprit s'est laissé bercer, j'ai vagabondé sur de belles images. La voix de la chanteuse était très maternelle, les rythmes particulièrement moelleux. Détail amusant : ses paroles ont parfois fait référence au sommeil.

On a testé pour vous la sieste acoustique

© VVG

Toutefois, je ne me suis pas assoupie. A cause de la température. Mon corps détendu s'est refroidi, et j'ai envié très fort mes voisins sous leur couette.

Fin du concert, l'invitation à la douceur se poursuit avec la dégustation d'un morceau de gâteau au chocolat. Petit cocon hors du temps que ce soyeux moment. La prochaine sieste acoustique, en version world music, aura lieu le 24 avril prochain. Je vous la recommande. Avec une couverture !

www.fermedubiereau.be

Par Valentine Van Gestel

Nos partenaires