Seul un apprentissage très élémentaire semble possible durant le sommeil

08/08/18 à 11:07 - Mise à jour à 11:07

Source: Belga

Apprendre une langue étrangère uniquement sur base d'enregistrements à diffuser durant un sommeil profond: cette idée, qui fait rêver, semble bien un fantasme.

Seul un apprentissage très élémentaire semble possible durant le sommeil

© Getty Images/iStockphoto

C'est en tout cas dans ce sens que s'orientent les résultats d'une étude menée avec le soutien du FNRS par des chercheurs de l'ULB Neurosciences Institute (UNI) sous la direction du professeur Philippe Peigneux. Cette étude fait l'objet lundi d'une publication dans la revue Scientific Reports.

La chercheuse Juliane Farthouat a basé sa recherche sur l'observation, par magnétoencéphalographie, du cerveau de 24 personnes en pleine sieste, auxquelles on a diffusé des sons ou des séquences de sons. La magnétoencéphalographie permet d'obtenir une image des champs magnétiques émis par le fonctionnement des neurones.

"Nous avons pu voir que les sons sont toujours perçus au cours du sommeil", indique Philippe Peigneux, "mais on perçoit chaque son individuellement". Autrement dit: le cerveau des participants ne "détectait pas les régularités" quand ces sons étaient organisés en séquences de 3 éléments.

La magnétoencéphalographie n'a démontré "aucune réponse liée au groupement statistique" des sons diffusés pendant que les "cobayes" humains étaient dans un sommeil à ondes lentes, la phase de sommeil profond sur laquelle se concentrait l'étude. Le sommeil à ondes lentes est la "partie du sommeil pendant lequel l'activité du cerveau est fortement synchronisée", indique l'Université libre de Bruxelles (ULB) dans un communiqué. "C'est ce sommeil qui a été beaucoup associé aux phénomènes de consolidation en mémoire", ajoute Philippe Peigneux.

L'étude semble montrer "qu'on est plutôt limité dans ce qu'on peut réellement apprendre au cours du sommeil", résume-t-il. "Des études ont récemment montré qu'on peut créer un conditionnement durant le sommeil, des associations de type stimulus-réponse réflexe", mais la capacité d'apprendre en sommeil à ondes lentes quelque chose de réellement nouveau, et de plus élaboré que de telles associations élémentaires, serait en revanche peu probable.

Nos partenaires