Polémique sur la nouvelle collection MAC inspirée des victimes de Juarez

22/07/10 à 16:19 - Mise à jour à 16:19

Source: Weekend

La nouvelle ligne de Rodarte pour M.A.C laisse un goût amer chez certaines beauty addicts. Elle s'inspire en effet des victimes de la ville mexicaine de Juarez.

Polémique sur la nouvelle collection MAC inspirée des victimes de Juarez

La nouvelle ligne de Rodarte pour M.A.C laisse un goût amer chez certaines beauty addicts. En cause: la référence à la ville mexicaine de Juarez dans laquelle a lieu de nombreux meurtres et viols de jeunes femmes.

Pour leur dernière collection, les soeurs Mulleavy, derrière le label Rodarte, se sont inspirées des maquiladoras, ces usines de nuit installées le long de la frontière mexicaine. Les travailleuses de la ville frontalière de Juarez ont ainsi inspiré des visions de femmes somnambules aux soeurs. Le défilé 2010-2011 célèbrait "les fantômes des victimes de la guerre de la drogue". Juarez est en effet l'une des villes les plus dangereuses au monde, théâtre de nombreux meurtres et de viols principalement sur de jeunes femmes. Depuis 1993, 500 femmes auraient ainsi disparu et la plupart des disparitions restent non élucidées.

Cette idée plutôt macabre a séduit la marque de cosmétiques M.A.C, qui a demandé aux fondatrices de Rodarte de créer une gamme de maquillage. Les soeurs Mulleavy ont donc imaginé des poudres, ombres à paupières, gloss et vernis à ongle aux noms évocateurs: "Juarez", "Del Norte" (la ville se trouve à la frontière nord du Mexique), "Quinceañera" (fête donnée à l'occasion des quinze ans d'une jeune fille en Amérique du Sud, allusion au jeune âge des victimes), "Ville fantôme" ou encore "Usine" (une allusion aux employées de la maquiladora, qui disparaissent sur le trajet jusqu'au lieu de travail). La gamme, entre 10 et 20 euros selon les produits, sera disponible à l'automne 2010 dans les magasins M.A.C et sur le site internet.

Les visuels et les références de la collection évoquant des visages fantomatiques aux yeux cernés et hagards ne plaisent pas à tout le monde. Sur les blogs de mode, les commentaires fusent, la collection est jugée de "mauvais goût" et les soeurs sont critiquées pour prendre à la légère la vie quotidienne pénible de ces femmes.

Excuses
Face à ce scandale, MAC a changé le nom de sa ligne et a promis de verser 100 000 dollars à un organisme qui tente d'améliorer les conditions de vie des travailleuses mexicaines. Quant à Kate et Laura Mulleavy, elles ont déclaré (un peu naïvement): "L'injustice qui règne à Juarez nous attriste beaucoup. Cette collaboration avec M.A.C était un hommage à la beauté des gens et du paysage."


Ann.H./ Ca.L/L.de.R

En savoir plus sur:

Nos partenaires