Alcool: dis-moi ce que tu bois, je te dirai comment tu te sens

23/11/17 à 17:38 - Mise à jour à 13/12/17 à 13:54

Source: The Guardian

Des chercheurs se sont penchés sur l'effet de certaines boissons sur nos émotions. Il semblerait qu'on se sente plus calme en buvant du vin et plus sexy quand on boit du Gin.

Alcool: dis-moi ce que tu bois, je te dirai comment tu te sens

© iStock

Cette enquête internationale été publiée dans le British Medical Journal et reprise par The Guardian. Elle est basée sur un large panel puisque pas moins de 30.000 personnes originaires de 21 pays différents y ont répondu de façon anonyme. Les auteurs de l'enquête espèrent que les résultats de celle-ci poussera les gens à réfléchir davantage à l'alcool qu'ils consomment. Pas complètement inutile lorsqu'on sait que l'alcool a causé,d'après l'Organisation Mondiale de la Santé, plus de 3,3 millions de morts en 2014.

Quel alcool pour quel effet ?

Il en ressort que certains alcools ont des effets bien précis. Si l'alcool peut avoir un effet désinhibant, dans d'autres cas il peut plonger notre moral au plus profond du verre.

Pour près de la moitié des personnes, le vin (53%) et la bière (50%) auraient un effet relaxant alors que les alcools forts réveillent (59%) et donnent confiance en soi (58%), voire donnent l'impression d'être sexy (42%). A contrario, le buveur de bière sent, lui, son sex-appeal fondre comme neige au soleil lorsqu'il sirote son breuvage.

La consommation d'alcools forts encouragerait également notre confiance en nous. Ces derniers auraient néanmoins tendance à réveiller des émotions moins plaisantes comme la colère ou la tristesse. 29% des personnes indiquent par exemple se sentir agressifs, 27% irrités et 22% malheureux. Alors que seulement 10% des interrogés déclarent devenir triste en buvant du vin blanc.

On notera aussi que plus de 60 % des consommateurs de vin rouge et 39% des buveurs de bière ressentent de la fatigue.

Enfin, la consommation d'alcool est plus susceptible d'être liée à des sentiments de relaxation et de fatigue lorsqu'elle prend place à la maison.

L'étude, bien qu'utile, présente toute de même quelques limites. Notamment parce qu'elle a fait appel à un groupe de participants volontaires. Ce qui pourrait exclure les personnes les plus susceptibles de prendre des drogues ou de boire de façon problématique. L'étude ne tient pas non plus compte de la quantité d'alcool ni des éventuels mélanges. De plus, elle ne précise pas si ces émotions sont purement liées à l'alcool ou si elles ont eu lieu dans un contexte social ou émotionnel bien précis.

Seule certitude : Les alcools forts ont une très nette tendance à rendre les gens plus agressifs.

Nos partenaires