La soupe en conserve fait bondir le taux de bisphénol A

23/11/11 à 10:22 - Mise à jour à 10:22

Source: Weekend

Mieux vaudrait se rabattre sur la soupe fraîche, au vu des résultats d'une étude menée par des chercheurs d'Harvard publiée mardi.

La soupe en conserve fait bondir le taux de bisphénol A

© Thinkstock

Des personnes ayant consommé cinq jours d'affilée des soupes en conserve présentaient dans leurs urines un taux du composant chimique bisphénol A supérieur de plus de 1.200% à celui de consommateurs de soupe fraîche, révèle une étude américaine publiée mardi.

Cette étude, présentée comme "l'une des premières à quantifier le taux de bisphénol A dans le corps humain après ingestion de nourriture en conserve", a été publiée par des chercheurs de l'université de Harvard dans le Journal of the American Medical Association du 23 novembre. "Nous savons depuis un moment que consommer des boissons qui sont restées longtemps dans certains récipients en plastique dur accroissait la présence de bisphénol A dans votre corps", explique Jenny Carwile, l'un des co-auteurs de l'étude.

"Mais notre étude suggère que la nourriture en conserve pourrait être un sujet d'inquiétude plus important encore, surtout en raison de son usage très répandu", ajoute-t-elle. Le bisphénol A, composant chimique très répandu dans les boîtes de conserve, les cannettes et aussi utilisé dans certains amalgames dentaires, est suspecté, avec d'autres substances de type "perturbateurs endocriniens", d'augmenter le nombre des cancers dit hormono-dépendants, principalement du sein et de la prostate.

Elimination du composant?

75 personnes ont pris part à l'étude, consommant pendant cinq jours d'affilée soit de la soupe en conserve, soit de la soupe fraîche, sans changer leurs autres habitudes alimentaires. L'analyse de leurs urines a révélé au bout de 5 jours un taux de bisphénol A supérieur de 1.221% chez les consommateurs de soupe en conserve.

Le bisphénol A étant toutefois éliminé dans les urines, tout pic est dès lors considéré comme temporaire. Les chercheurs n'ont pas déterminé quelle quantité du composant restait plus longuement dans le corps après la consommation de ces conserves, soulignant qu'une nouvelle étude serait nécessaire pour le faire. De son côté, la North American Metal Packaging Alliance veut minimiser le retentissement de l'étude, affirmant qu'elle ne révélait rien de neuf, mais surtout, qu' ="ne fait que confirmer aux consommateurs que le bisphénol A est rapidement excrété par l'urine".

LExpress Styles

En savoir plus sur:

Nos partenaires