Le sel de Guérande ne connaît pas la crise

20/08/16 à 10:32 - Mise à jour à 22/08/16 à 10:22

Source: Belga

En plein marasme de l'agriculture française, le sel de Guérande, produit millénaire à la renommée mondiale, parvient à "tirer son épingle du jeu", grâce à une filière maîtrisée "de bout en bout" par ses producteurs réunis au sein d'une coopérative.

Le sel de Guérande ne connaît pas la crise

© AFP

Dans les marais salants de la presqu'île de Guérande (Loire-Atlantique), où quelque 300 paludiers cultivent cet "or blanc" sur 2.000 hectares, la récolte "bat son plein", et malgré des débuts "un peu laborieux", retardés par la pluie et les orages, la saison 2016 a été "pratiquement sauvée en un mois et demi", affirme Frédéric Verger, président du Syndicat des paludiers affilié à la Confédération paysanne.

Les bonnes saisons, quelque trois tonnes de fleur de sel sont cueillies en moyenne par producteur, et environ 70 tonnes de gros sel, récolté lui sur le fond argileux de l'oeillet, indique Grégory Pitard, président de la coopérative "Les Salines de Guérande", qui regroupe 210 paludiers de la presqu'île.

Officiellement créée en 1988, cette coopérative, gérant "de l'amont jusqu'à l'aval" la production, est issue d'un premier groupement de producteurs né en 1972, quand, en plein déclin de l'activité salicole, des projets de marina et de rocade traversant les marais menacent le sel de Guérande de disparition.

La filière est aujourd'hui "saine économiquement, on a réussi à la maîtriser de bout en bout". Label Rouge depuis 1991, le sel de Guérande est reconnu depuis 2012 par l'Indication géographique protégée (IGP) dans l'Union européenne, récompensant la démarche qualité menée depuis une trentaine d'années par les paludiers sur ce produit récolté selon un savoir-faire ancestral, et qui ne subit aucun lavage, aucun traitement chimique et aucune adjonction, contrairement aux sels industriels raffinés.

Gros sel, sel fin et fleur de sel sont désormais vendus dans 55 pays, en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, et 20% du chiffre d'affaires de la coopérative, qui atteint 20 millions d'euros selon son président, sont réalisés à l'export.

Nos partenaires