Les Français se mobilisent pour sauver leur camembert traditionnel, au lait cru

23/05/18 à 10:29 - Mise à jour à 10:29

Source: Afp

Députés, grands chefs et citoyens se mobilisent en France pour la sauvegarde du camembert, le vrai, moulé à la louche et au lait cru, qu'ils estiment menacés par les industriels, adeptes de la pasteurisation.

Les Français se mobilisent pour sauver leur camembert traditionnel, au lait cru

© iStockphoto

C'est un accord trouvé fin février entre les producteurs de lait de Normandie, la région d'origine du camembert, et ceux qui produisent les camemberts qui a suscité l'ire des gourmets, amateurs du fromage emblématique : d'ici à 2021, le camembert de Normandie AOP (appellation d'origine protégée), pourra être élaboré avec du lait pasteurisé et donc plus obligatoirement avec du lait cru.

Douze députés viennent d'écrire au ministre de l'Agriculture pour défendre le camembert, a-t-on appris mardi auprès de l'un d'eux, membre de la majorité présidentielle (LREM). n "L'accord annoncé par l'institut national d'origine et de qualité (INAO) risque de faire disparaître totalement des grandes surfaces (...) le camembert +traditionnel+", affirment les élus normands dans ce courrier daté de vendredi.

Parallèlement, près de 26.000 personnes avaient signé mardi soir une pétition contre "la pasteurisation" de ce fromage, mise le 15 mai sur internet.

Et dans une tribune de presse aux accents patriotiques, revendiquant les valeurs du "terroir" et "le droit au bien-manger pour tous", une trentaine de chefs étoilés dont Olivier Roellinger, Sébastien et Michel Bras et Anne-Sophie Pic, s'étaient insurgés la semaine dernière contre un projet visant à faire du "plus populaire des fromages français", "une vulgaire pâte molle sans goût" "Honte, scandale, imposture... les mots ne sont pas assez forts pour dénoncer la forfaiture dont la France, créatrice du système des appellations d'origine qu'elle brandit partout en modèle, sera accusée d'avoir commis si les Français ne protestent pas", écrivaient-ils.

De son côté, l'association Fromages de terroirs, à l'origine de la pétition, a adressé au parquet de Paris, le 9 avril, une plainte visant les principaux industriels.

Le camembert "traditionnel" ne représente plus que 5.500 tonnes de fromages produits annuellement contre 60.000 pour le camembert industriel, selon le courrier des députés.

Nos partenaires