Lucana, c'est l'Italie qui gagne

18/03/14 à 20:03 - Mise à jour à 20:03

Source: Weekend

A l'inverse des petites trattorias qui essaiment aux quatre coins du pays, Lucana propose une version haut de gamme de l'Italie.

Lucana, c'est l'Italie qui gagne

Genre : gastronomie italienne Cuisine : 7 Décor : 7 Confort : 7 Service : 7 Qualité/prix : 7

Lucana, 118, chaussée de Tirlemont, à 4520 Wanze. Tél. : 085 24 08 00. www.lucana.be Ouvert de midi à 14 heures et de 19 heures à 21 h 30. Fermé le mardi, le mercredi et le samedi midi.

Un détail ne trompe pas : la collection de bouteilles de Sassicaia, exhibées comme des trophées de chasse dès l'entrée.

A l'hégémonie des produits bruts servis avec un rien de nonchalance de tant de cantines cisalpines, l'adresse répond "ad augusta per angusta" par le biais d'une cuisine qui se donne du mal. Tout arrive ciselé, décortiqué, paré... Un vrai travail de miniaturiste.

En guise de mise en bouche, une crème brûlée à la truffe, un tartare de boeuf servi avec une espuma de topinambour et une saladine de poulpe... Un véritable jardin zen qui donne le ton chiadé de la maison.

Mais c'est à travers l'entrée que culmine l'approche : un thon rouge en tagliata/poutargue/gremolata d'agrumes/bruschetta. Si l'intitulé farci de " / " fait craindre la composition prétentieuse, il faut bien avouer que dans l'assiette le résultat est une fête pour le palais. Présenté comme un mille-feuille de taille réduite, l'assemblage fait éclater les couleurs des délicieuses tomates - de chez Paolo Petrilli, le chef y tient -, du basilic, de la crudité du thon et même, note fusion assez géniale, de fines tranches de betteraves vinaigrées et de pointes de wasabi. Imparable ! L'Italie et le Japon se tendent la main.

Le plat n'arrive pas à reproduire ce feu d'artifice. Sans doute est-ce la daurade un peu trop cuite qui fait perdre de la vivacité aux accompagnements pourtant impeccables, entre câpres, tomates, purée et lamelles de fenouil.

Le cadre chic réussit à faire oublier la vilaine chaussée à laquelle on conseille de carrément tourner le dos. Pourquoi pas à la faveur d'un soir, quand la nuit tire le store sur la réalité...

Michel Verlinden

En savoir plus sur:

Nos partenaires