Nespresso ambitionne d'avoir 100% de son café issu de ressources durables d'ici 2020

06/10/17 à 10:01 - Mise à jour à 10:01

Source: Belga

Nespresso ambitionne d'avoir 100% de son café issu de ressources durables d'ici 2020 alors que c'est actuellement le cas de 87% de sa production, a annoncé jeudi l'entreprise spécialisée dans la vente de dosettes de cette boisson et dont la division belge s'exprimait pour la 1ère fois sur son approche en matière de durabilité.

Nespresso ambitionne d'avoir 100% de son café issu de ressources durables d'ici 2020

© Nespresso

Les emballages des capsules de la multinationale, leader en Belgique et dans le monde sur le marché du café en portions, porteront en outre désormais la certification d'approvisionnement Rainforest Alliance.

"La Belgique est un terre de café", proclame Nespresso. Le Belge consomme en effet beaucoup de café, étant numéro 8 sur la liste des plus grands buveurs avec 6,8 kg/an et quatre tasses par jour en moyenne. Mais cette affirmation s'explique surtout par le fait que 90% des grains de café de l'entreprise arrivent par bateau à Anvers et Zeebrugge depuis les pays producteurs du monde entier pour être ensuite acheminés vers la Suisse, où se trouve le siège de la société.

Le café de qualité n'est cependant pas disponible en abondance, reconnait-elle. Ce qui a poussé la multinationale à lancer plusieurs initiatives. Parmi celles-ci figure son programme 'AAA Sustainable Quality', dans le cadre duquel Nespresso vise à intégrer les pratiques axées sur la durabilité dans les exploitations et les paysages environnants de celles-ci. Il a été lancé en 2003 en collaboration avec l'ONG Rainforest Alliance, qui veut préserver la biodiversité et la durabilité. Il aide à améliorer le rendement et la qualité des récoltes, tout en garantissant un approvisonnement durable en café de haute qualité et en améliorant les moyens de subsistance des agriculteurs et de leurs communautés.

Aujourd'hui, ce dispositif aide plus de 70.000 agriculteurs répartis dans 12 pays. Le but est d'atteindre les 80.000 d'ici 2020. Les fermiers bénéficient entre autres de primes et de l'assistance technique d'experts agronomes. Actuellement, 87% des cafés de Nespresso proviennent de ce programme et l'entreprise espère atteindre les 100% d'ici 2020.

"Nous devons nous assurer que cultiver du café soit viable économiquement, que cela permette aux familles des caféiculteurs de vivre décemment et que cela se fasse de manière durable", insiste Brema Drohan, directrice générale de Nespresso Belux. Outre son programme AAA, l'entreprise a lancé il y a trois ans une collaboration avec Fairtrade International afin de mettre en avant les caféiculteurs et se concentrer sur leur avenir.

Leur âge moyen est de 53 ans en Colombie par exemple, illustre une responsable belge de l'ONG. Il faut donc réagir face au vieillissement de la population et sensibiliser la prochaine génération de producteurs de café à la rentabilité de la culture. Cela passe par une amélioration de la sécurité sociale des agriculteurs, à qui des solutions innovantes de retraite sont proposées. Ce qui se traduit par un plan d'épargne-retraite, auquel ont déjà souscrit 1.100 caféiculteurs.

Près de 3.000 autres seront dans la même situation d'ici 2018, promet Nespresso. Actuellement, 92% des producteurs de café n'ont pas accès à un fonds de pension. Reste encore à sensibiliser le consommateur belge à cette préoccupation environnementale et sociétale.

L'entreprise se dit fière du chemin parcouru et des choix qu'elle a posés en la matière. Elle assure réfléchir à la manière d'intégrer le grand public à sa démarche. Une façon de le faire passe par exemple par le recyclage des dosettes de café, qui fait partie de la stratégie de Nespresso pour améliorer la durabilité de ses produits.

Il est possible de garder les dosettes usagées et de les ramener en boutique ou dans des points de collecte. Pourtant, seule une sur cinq a droit à une seconde vie actuellement alors que la multinationale dispose des moyens de les recycler toutes. Il faudrait donc un moyen plus simple et plus aisé pour le consommateur de les recycler, admet-elle.

L'entreprise, qui emploie 300 personnes en Belgique, travaille d'ailleurs actuellement à la possibilité de pouvoir jeter les dosettes dans les sacs poubelle PMC (de couleur bleue), comme c'est déjà le cas aux Pays-Bas.

Nos partenaires