Valentine a testé : la cueillette bio

23/08/16 à 13:49 - Mise à jour à 13:49

Source: Weekend

Citadine depuis la naissance, mes connaissances en plantation sont extrêmement limitées. Pour ne pas dire nulles. Mes trois tomates-cerises ne récoltent chez mon minus que très peu d'intérêt. Or, il est essentiel qu'il saisisse la portée des merveilleux cadeaux que la nature nous offre.

Valentine a testé : la cueillette bio

© Valentine Van Gestel

Certes, mon mini potager urbain de balcon m'a fait découvrir la joie d'observer la nature prendre vie, admirer sa lente/rapide progression, s'étonner de sa ténacité face aux pluies diluviennes et me réjouir de sa touchante floraison. Il n'empêche. Mes trois tomates-cerises ne récoltent chez mon minus que très peu d'intérêt. Or, il est essentiel qu'il saisisse la portée des merveilleux cadeaux que la nature nous offre.

Valentine a testé : la cueillette bio

© Valentine Van Gestel

Alors que je cherchais une idée de virée à la ferme, la newsletter de Marie's Garden m'a souligné que la cueillette des framboises était déclarée ouverte. LE péché mignon de mon fiston. Un signe. D'autant que le concept est génial : le client paye les fruits et légumes qu'il a lui-même cueillis dans les champs.

Samedi matin, le soleil est au rendez-vous. Des fleurs d'un côté, des serres de l'autre. Un jeune homme nous explique le mode de fonctionnement du lieu : un panneau indique les fruits et légumes disponibles et leur prix. Pour le moment, ce sont les courgettes, framboises, groseilles, concombres, fenouils et artichauts qu'il faut "chasser". On me tend deux raviers et un petit couteau. "Un ravier équivaut à 500 g de framboises. Le kilo est à 19 euros... Ça peut aller vite ! Faites également attention à vérifier la maturité du légume avant de le cueillir, car tout ce qui est coupé doit être payé."

Valentine a testé : la cueillette bio

© Valentine Van Gestel

Basile choppe une mini brouette, et nous nous dirigeons vers notre unique objectif : les framboises. Mon bonhomme fait la moue à mi-chemin : il n'aime pas marcher. Mais lorsque son regard aperçoit la première framboise, des étoiles apparaissent.

"Je peux la manger ?"

"Non mon chéri, on doit d'abord les peser et les payer, ensuite on pourra les déguster."

La frustration augmente à mesure que ma réponse reste identique à ces multiples tentatives. Devant sa mine déconfite, je propose un deal : on en mange une chacun. Histoire de voir si on remplit le ravier à ras bord. Nos "mmmh" se répondent en écho. Basile court dans l'allée pour "ramasser les plus rouges !", le ravier se remplit à vive allure.

En rebroussant chemin, je remarque les artichauts. C'est la première fois que j'en vois en plants. Emotion. Nous en coupons deux. La beauté des fleurs de courgette me fait fondre. J'en prends un bouquet. "Oh la belle courgette, regarde." Allez, hop, coupe m'en trois.

Valentine a testé : la cueillette bio

© Valentine Van Gestel

La brouette est pleine. Passage à la caisse en priant d'avoir limité la casse... 20 euros. Pour ce festin bio, ça les vaut largement. D'ailleurs, nous l'entamons immédiatement sur les tables à disposition. De l'art des petits bonheurs simples.

Marie's Garden, 116, Valkenweg, à 3090 Overijse. www.mariesgarden.be

VALENTINE VAN GESTEL

Nos partenaires