Yannick Alléno, chef "3 étoiles" accusé de harcèlement par ses employés

11/03/15 à 21:58 - Mise à jour à 22:03

Source: Belga

Des employés du Pavillon Ledoyen, restaurant trois étoiles tenu à Paris par le cuisinier Yannick Alléno, ont engagé des poursuites contre ce dernier pour "violences" et "harcèlement", a-t-on appris mercredi auprès d'un syndicat. Ces accusations ont été qualifiées de "mensongères" par le chef du prestigieux établissement des Champs-Elysées.

Yannick Alléno, chef "3 étoiles" accusé de harcèlement par ses employés

Yannick Alléno © Reuters

"Plusieurs employés" ont saisi fin 2014 le conseil des prud'hommes, l'instance qui arbitre les conflits entre employeurs et salariés, "après avoir démissionné ou été licenciés" du Pavillon Ledoyen, a indiqué le syndicat CGT à l'AFP, confirmant une information du site francetvinfo.

"Ce sont des actions individuelles, pour des faits de violences et de harcèlement" dont ces employés auraient été victimes de la part du chef et de son second, Sébastien Lefort, a-t-on précisé à la CGT.

"Les faits incriminés remonteraient à juillet 2014", une semaine après l'arrivée de Yannick Alléno à la tête des cuisines, selon francetvinfo. En février dernier, le chef avait obtenu trois étoiles au Guide Michelin.

"Dans les cuisines, il ne reste pratiquement plus personne de l'ancienne équipe", selon un employé dont les propos sont rapportés par francetvinfo. Dans un communiqué adressé à l'AFP, Yannick Alléno s'est dit "profondément choqué", qualifiant ces accusations de "mensongères".

Il "entend défendre son honneur et rétablir la vérité" et a demandé à ses avocats "d'engager sans plus tarder des poursuites judiciaires contre les auteurs de ces propos particulièrement odieux".

Le Collège Culinaire de France, qui affirme fédérer près de 1.000 restaurants et dont M. Alléno est un co-fondateur, a rappelé que "l'exemplarité du comportement en cuisine est l'un des principes de base des restaurants de qualité.

Cependant dans notre métier, où l'intensité du travail, le stress, et l'exigence de qualité sont au coeur de l'activité, il ne faut pas confondre rigueur et exigence avec harcèlement et violence", a-t-il ajouté dans un communiqué.

En février dernier, il avait déjà apporté son soutien au chef Joël Robuchon, lui aussi objet d'une plainte pour "harcèlement" d'un ex-commis. Le chef le plus étoilé du monde (28 étoiles au Michelin) avait riposté par une plainte en diffamation.

En savoir plus sur:

Nos partenaires