Dans le secret du palais des Doges

17/06/11 à 12:04 - Mise à jour à 12:04

Source: Weekend

Le palais des Doges : le symbole suprême de Venise. Pendant de nombreux siècles, ce joyau d'art et d'architecture, en bordure du Grand Canal, jouxtant la place Saint-Marc, a incarné la toute-puissance de la Sérénissime en concentrant en ses murs les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

Dans le secret du palais des Doges

Et aujourd'hui encore, comme en témoigne Le Palais des Doges à Venise (*), album érudit et richement illustré, il déploie toujours une emprise prodigieuse : "il est bien plus qu'un musée ou une pinacothèque. Il est, sous de nombreux aspects, l'essence même d'une culture et d'un mode de vie, des fastes et du goût des Vénitiens." L'auteur ? Un Vénitien. Giandomenico Romanelli, directeur de la Fondation des Musées de la Ville de Venise. Le photographe ? Un Bruxellois. Jean-Pierre Gabriel, dont le talent a été repéré par l'éminent professeur et l'éditeur Skira grâce à ses superbes clichés réalisés dans le cadre des expositions vénitiennes du Belge Axel Vervoordt : Artempo et In-Finitum (voir aussi Le Vif Weekend du 19 juin 2009).

Jean-Pierre Gabriel - qui collabore au Vif Weekend depuis les tout débuts - travaille en lumière naturelle et excelle à capter les plus belles lueurs du jour comme en atteste son shooting pour la couverture du livre, organisé par un matin de brume. Quant à cette photo du mythique Escalier des Géants, elle est l'une de ses préférées. "Elle a été prise depuis la galerie, confie-t-il. Le regard est ainsi tourné vers la terrasse réservée aux doges, à côté de leurs appartements. En haut, à droite, on distingue une partie - en briques - de la basilique Saint-Marc." Offrant une vue insolite, à contre-sens des visites classiques, l'instantané invite à se laisser bercer par la magie du Palais des Doges. À en percer les mystères aussi.

Portes cachées et passages dérobés n'ont plus guère de secrets pour lui ! Jean-Pierre Gabriel a eu accès à tous les coins et recoins du prestigieux édifice. Mais il a dû faire preuve d'une infinie patience, se plier à de nombreuses contraintes et recourir à mille et une prouesses techniques pour capturer avec brio tant de merveilles habituellement inaccessibles. "La difficulté est que le palais des Doges est ouvert au public toute l'année. J'ai donc souvent dû bosser la nuit pour l'intérieur, et à l'aube pour les extérieurs. Se retrouver seul, avec un talkie walkie pour appeler la sécurité en cas de besoin est parfois terrorisant... surtout dans les anciennes prisons au sous-sol. Ce qui est génial, en revanche, c'est de se retrouver seul, précisément, face à tant de chefs-d'oeuvre de la peinture, des heures et des heures durant, et de vivre dans l'intimité d'une histoire grandiose."

A.-L.D. (*) Le Palais des Doges à Venise, par Giandomenico Romanelli, photos de Jean-Pierre Gabriel, Skira, 225 pages.

En savoir plus sur:

Nos partenaires