Le rêve éveillé

29/11/17 à 21:00 - Mise à jour à 27/11/17 à 11:42
Du Le Vif Weekend du 01/12/17

Le photographe britannique oscille entre l'univers de la mode et un monde onirique bien à lui, où tout est permis ou presque. Il rend actuellement hommage au Jardin des délices de Jérôme Bosch dans une expo, aux Pays-Bas, et signe le calendrier Pirelli 2018. Rencontre sans tabous.

L'oeuvre du photographe britannique Tim Walker a de quoi laisser les plus cartésiens septiques. Tour à tour, l'homme shoote des tables dressées volant entre les arbres, donne vie à des soldats de plomb, barbouille des chats persans de poudre colorée ou met en boîte 80 lapins blancs et 250 oeufs d'autruche... Son univers onirique, tantôt fascinant, tantôt angoissant, plane depuis 1995 sur les éditions anglo-saxonnes de Vogue, mais aussi d'autres magazines tels que Harper's Bazaar, W et Love. Pourtant, l'artiste de 47 ans déclare ne pas être intéressé par la mode. Il l'utilise plutôt comme un coffre à déguisements au service de son imagination débordante. Il se targue d'ailleurs d'éviter toute retouche numérique : ses contes de fées théâtraux, qui nous plongent immanquablement dans un décor à la Alice au pays des merveilles ou Peter Pan, requièrent tous l'intervention de scénographes et les accessoires sont souvent réalisés sur mesure.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires