Les choses de la vie

27/04/17 à 09:20 - Mise à jour à 04/05/17 à 10:56
Du Le Vif Weekend du 05/05/17

Dans son appartement parisien empli de trésors, l'art, la chine, le vintage et les souvenirs de voyages esquissent le portrait de Serge Bensimon, avec jubilation. Les souvenirs y trônent à l'aise, les mélanges de cultures et de couleurs aussi. Mieux qu'une signature.

Pour entrer dans l'intimité de Serge Bensimon, il faut d'abord passer rue Bichat, 52, au bord du canal Saint-Martin, au fond d'une impasse parisienne, dans son QG installé là depuis 1989. Sous une toiture de verre et de poutres blanchies, le showroom, aux étages inférieurs, les stocks, les bureaux, le studio où se pensent et se patronnent les collections, où se réinvente la tennis née il y a plus de trente ans, où s'imaginent, pour Ressource, un papier peint à motifs géométriques ou floraux et les peintures mates, profondes, en mode retour du Mexique, où se dessine enfin un hôtel que la maison s'apprête à décorer à Rennes, ouverture officielle en septembre prochain. Y règnent un joyeux bric-à-brac, du mobilier chiné, des cactus en abondance, une photo de Mick Jagger, des calendriers de l'entreprise de son pendant japonais Gen Tarumi. Ils se sont rencontrés dans le surplus de son père, il y a trente-sept ans, depuis ils sont amis, à la vie à la mort, se parlant une langue connue d'eux seuls, un mélange d'anglais, de japonais, de gestes et de regards qu'ils ne ressentent pas le besoin de traduire.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires