Mon père (spirituel) ce héros

11/05/17 à 10:48 - Mise à jour à 10:46

Figures tutélaires, guides, conseillers, un peu tout cela à la fois, ils ont permis aux cinq personnalités que nous avons rencontrées de devenir ce qu'elles sont aujourd'hui. Retour sur un héritage précieux.

SAM TOUZANI : "UNE VISION UNIVERSALISTE DU MONDE""

Il dit que cette rencontre, c'est son héritage, dans le sens le plus pur du mot, celui d'une transmission. Sam Touzani a 4 ans quand sa mère et sa soeur sont violentées au sein du consulat marocain pour avoir refusé un bakchich en échange des papiers demandés. L'affaire s'ébruite au sein de la communauté et Mohamed El Baroudi, exilé politique marocain et intellectuel engagé - c'est lui qui fondera notamment le Collectif Alpha, qui organise des cours d'alphabétisation pour adultes -, offre de venir en aide à la famille. Une fois le procès gagné, le militant aurait pu retourner à ses autres combats. " Mais il était tombé amoureux de ma soeur, se souvient celui qui deviendra alors l'observateur ébloui des premiers pas de leur histoire. Je percevais de l'amour bien sûr, sans pouvoir mettre des mots là-dessus. Pour moi, il faisait partie des sages et cette image ne m'a jamais quitté. J'ai dû attendre mes 20 ans pour enfin oser le tutoyer. " L'enfant qu'il est alors se laisse apprivoiser par ce beau-frère qui deviendra le père fondateur des valeurs laïques, féministes et citoyennes qu'il défend sur scène. " Il m'a outillé, m'a appris à penser par moi-même sans jamais rien imposer. Et il m'a donné une vision universaliste du monde ; c'est magnifique de le regarder avec ces lunettes. Tout à coup, tu penses au pluriel et plus rien n'est noir ou blanc. " Si Sam Touzani, qui se définit comme le produit de l'éducation de femmes - " ma mère et ma soeur m'apprendront tôt à dire non " -, est devenu acteur et auteur de ses textes, c'est parce qu'il a ressenti le besoin de nommer les choses et de remettre en cause ses certitudes. " Je suis loin de la sagesse, même moi parfois je me fatigue car je reviens toujours à la charge, contre le recours au religieux notamment, ce qui ne me vaut pas que des amis, reconnaît-il. Mohamed El Baroudi m'aide à relativiser. Il est né libre, il est mort libre en 2007. Si, comme lui, j'arrive à rester cohérent, cela me va comme vie. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires