Bram Boo, Designer de l'année 2010: La force tranquille

14/10/10 à 11:12 - Mise à jour à 11:12

Source: Moneytalk

Exubérant et plein de charme, le design à tiroirs de Bram Boo ne s'épanouit pas que dans les galeries. Feld, Indera et Bulo se sont laissé séduire par ses meubles qui se remettent toujours en question.

Exubérant et plein de charme, le design à tiroirs de Bram Boo ne s'épanouit pas que dans les galeries. Feld, Indera et Bulo se sont laissé séduire par ses meubles qui se remettent toujours en question. Jusqu'au 24 octobre, Interieur vous invite à découvrir les créations de cet autodidacte passionné. Parmi elles, la chaise et le bureau pour enfants BooBoo, proposés en avant-première aux lecteurs du Vif Weekend.

Par Isabelle Willot

Il y avait ce jour-là un soleil à vous pousser dehors, à marcher pieds nus dans le gazon, à improviser un pique-nique avec quelques tomates, un peu de fromage et du pain bis. Un temps rêvé pour rencontrer Bram Boo, l'enfant sauvage devenu designer, à la force du poignet. Adossé au mur chaulé de la petite maison blanche qui lui sert aussi d'atelier, il vient de mettre la dernière main au meuble "upcyclé" qu'il a imaginé pour la vente aux enchères caritative des Petits Riens qui se tient ce vendredi 15 octobre sur le site de Tour & taxis, à Bruxelles. D'une tablette en chêne massif et de quelques étagères en multiplex, il a su tirer un objet neuf, beau et bon pour l'environnement sans compromettre cette esthétique poétique devenue au fil des ans sa marque de fabrique.

Cette nouvelle attitude design, brandie par les bureaux de tendance, a toujours été une manière d'être dans la famille de Bram Boo. "Ma mère déjà ramenait des meubles chinés à la maison, elle les retapait, les peignait, rappelle-t-il. J'ai aussi ce réflexe, surtout pour mes prototypes. Si, comme base de travail, je peux partir d'une pièce existante, je le fais." Gamin, il a grandi entouré d'oeuvres d'art - celles de son père, le peintre Bram Bogart - et de meubles signés Charles & Ray Eames, Joe Colombo ou Ettore Sottsass. L'architecte anversoise Claire Bataille est une habituée de la maison familiale. Une immersion design qui inconsciemment laissera des traces chez le petit garçon qui alors préfère à la fabrication de jouets en papier mâché sur la table de la cuisine, la solitude des bois voisins. D'un morceau de jute et de quelques branches, il édifie des cabanes mémorables. Des refuges paisibles où s'épanouira son monde intérieur. "La force des timides", comme il dit.

À l'adolescence, ce gosse libre comme le vent se cogne à la rigidité de l'enseignement traditionnel. À la maison aussi, il se débat dans l'univers lisse et harmonieux que sa mère a conçu pour toute la famille. "Comme tous mes copains, je rêvais de coller sur les murs des posters de voitures, sourit-il. Je n'en pouvais plus de cette perfection plastique. À l'école, je me sentais emprisonné. Tous les prétextes étaient bons pour sécher les cours." En décrochage complet, Bram accepte à 17 ans le coup de pouce que lui offre son père. Et se met à fabriquer pour lui les châssis de ses toiles. Sa passion pour le bois le rattrape pour ne plus jamais le lâcher. "C'est ce qui m'a sauvé, reconnaît-il. J'ai réalisé que je pouvais faire quelque chose de mes mains. J'aimais cela et en plus je pouvais en vivre. J'ai repris confiance en moi." Il se découvre aussi un goût pour la brocante. Et s'intéresse de plus près au travail des designers dont il apprend à apprécier les meubles.

"En travaillant dans l'ombre de mon père, j'ai vite compris que j'avais besoin aussi de développer mon propre langage artistique", insiste-t-il. Des propositions hors normes qui ne s'embarrassent pas a priori des contraintes de production industrielle. Mais qui séduisent pourtant de plus en plus d'éditeurs. Feld qui compte déjà dans son catalogue le canapé Oasis et l'astucieuse table de jardin Etcetera présentera lors d'Interieur (lire aussi en pages...) du mobilier pour enfant. Un bureau et une chaise miniature - baptisés BooBoo - pétant de couleurs proposés en prévente exclusive aux lecteurs du Vif Weekend. "On dirait des petits monstres, plaisante Bram Boo. J'ai envie qu'ils fassent sourire, qu'ils procurent une émotion. Mais en même temps qu'ils soient bien fonctionnels. C'est pour cela que j'ai prévu une caisse à l'arrière de la chaise pour y ranger des livres ou de petits objets." Alors que Bulo s'apprête à intégrer le bureau Overdose dans sa collection "carte blanche", on pourra voir aussi chez Indera les tables basses Barbasso présentées à Milan, en avril dernier.

"On sent chez Bram Boo une détermination, une volonté de recherche et d'expérimentation peu communes mais aussi une passion pour les matériaux nobles, naturels, soulignait en juin dernier le rapport du jury du Designer de l'année, regroupant les rédactions du Vif Weekend et de Knack Weekend, la Fondation Interieur et les directions du Grand-Hornu Images et du Design Museum de Gand. Tout en étant véritablement un designer, il possède aussi une véritable dimension artistique qui donne une touche de poésie à ce qu'il crée." Des objets racontés en son et en image dans l'exposition qui se tiendra jusqu'au 24 octobre prochain, pendant la 22e Biennale de Design Interieur, à Courtrai. Teasing.

Est-ce vrai que plus jeune vous vouliez devenir chirurgien des arbres ? J'y ai sérieusement pensé, en effet. Je me voyais bien architecte de jardin, aussi. Le respect de la nature, c'est en moi. C'est automatique. Mais ma passion pour les meubles a fini par l'emporter.


Vous souvenez-vous du premier meuble que vous avez construit ? C'était en 1991 : un bureau en multiplex, pour mes parents. Ensuite, quand je suis venu m'installer près de chez eux, à Tongres, j'ai dû meubler ma maison. J'avais besoin d'objets flexibles pour cet espace qui était à la fois un atelier et un lieu de vie où je recevais mes amis. J'ai réfléchi à des meubles qui soient faciles à ranger et qui offrent plusieurs usages. J'ai pris des cours du soir en menuiserie et en travail du métal. C'était assez basique mais cela suffisait pour démarrer. La table Etcetera, éditée par Feld aujourd'hui, en aluminium, est issue de cette première série. Idem pour les assises empilables de la collection Matriochka qui seront bientôt produites en mousse, chez Feld toujours, dans une version kids.

Y a-t-il un langage Bram Boo ?
Le langage, c'est le reflet de soi dans ce que l'on fait, c'est par essence difficile à définir. Pour moi, ce n'est pas le fruit d'une réflexion théorique, cela vient en travaillant. En faisant des erreurs. Si l'on ne prend pas de risques, on reste limité dans sa créativité. J'essaie toujours de susciter la surprise par rapport à la fonction. La table Etcetera, à première vue, c'est juste une table. Mais si on la démonte, on a des bancs en prime même si cela ne se voit pas tout de suite.

Qu'est-ce qui vous donne des idées ? La créativité, cela ne se commande pas. Il faut la nourrir en permanence. Pour charmer les gens, je suis convaincu que le mobilier doit avoir un poids culturel, artistique même. Ma démarche reste très expérimentale. Tout ce que je croise peut avoir une influence sur mon travail. Si je fais un tour en voiture par exemple et que je tombe sur un gros camion qui déborde de matériaux, si l'image est belle, je m'arrête, je fais une photo. Je peux rester des heures entières assis à une terrasse, à regarder passer les gens. Me perdre dans une ville, observer les contrastes entre la nature et tout ce que l'homme a construit. Puis je rentre chez moi et je digère tout cela. Quand je tiens une piste, je me mets à l'ordinateur. Je bricole mes maquettes. C'est important pour moi de toujours traduire mon projet en 3D.

Le fait d'être autodidacte, est-ce plutôt une chance ou un handicap ?
Un peu les deux, sans doute. Je n'ai jamais été formaté par une pensée, par une école de design. Mais je n'ai pas été conseillé non plus, à mes débuts. J'y suis allé au culot. J'ai rempli ma camionnette de meubles et je suis allé les montrer à Milan. C'était essentiel pour moi de voir comment mon travail pouvait être perçu. Même si le produit est encore imparfait, cela vous fait avancer. Le soutien de la presse, c'est aussi un coup de pouce formidable lorsque vous essayez ensuite de convaincre un éditeur de vous faire confiance. J'ai énormément investi au départ, rien que pour produire mes prototypes. Mais depuis un an ou deux cela commence à payer.

Le fait de ne pas nécessairement penser "industrie" quand vous créez vos objets ne vous pénalise jamais ? J'ai grandi entouré de meubles de Eames et de Sottsass dans sa période Memphis. Ils ont chacun leur raison d'être. Leur charme. Leur histoire. Pourquoi vouloir les opposer ? Quand je démarre un projet je n'aime pas me mettre des limites. C'est intuitif. Si je réalise qu'un objet est plus poétique, moins pragmatique, moins facilement industrialisable, je le fais quand même. Il y a aussi une demande pour des meubles qui proposent plus que la fonction, qui dégagent une allure formelle. Au point de paraître bizarres peut-être, aux yeux de certains.

Depuis quelques années maintenant, le bois a de nouveau la cote. la tendance joue en votre faveur, non ?
C'est vrai, le bois plaît beaucoup aujourd'hui. Sans doute grâce à son image écologique. Sans oublier la sensation incomparable qu'il procure au toucher. Rien à voir avec le plastique ! Mais il faut rester prudent. Le bois de qualité coûte cher à produire, à travailler.

L'avenir du design passera-t-il forcément par une réflexion écologique ?
À condition que les politiques fixent des règles et des échéances au marché. La plupart des gens restent motivés par le prix d'achat. Tant que les matières polluantes resteront bon marché, on n'inversera pas la tendance. L'industrialisation nous a apporté du confort de vie mais notre planète le paie cash. Prenez le multiplex classique : c'est rempli de colles qui dégagent des solvants chimiques en permanence. Il existe des versions écologiques de ce produit, mais elles coûtent cinq fois plus cher. Quel est le fabricant qui va accepter de prendre le risque de mettre 40 personnes à la porte parce qu'il ne fait pas assez de chiffre ? Des clients prêts à mettre le prix pour un objet propre, cela existe. Mais cela reste une niche.

De plus en plus de jeunes créateurs se lancent dans l'autoédition. C'est devenu une obligation ?
L'édition limitée de meubles a toujours existé. Ce que l'on appelle des antiquités, c'était des pièces uniques, faites à la main, sans doute plus décoratives qu'aujourd'hui. L'industrie a banalisé l'objet, elle l'a rendu plus démocratique, plus résistant aussi. Mais la demande pour d'autres produits se fait de plus en plus sentir. Et ces expériences que l'on ose quand on travaille pour soi ou pour une galerie peuvent aussi donner envie aux éditeurs de se surpasser, d'essayer autre chose, de se renouveler. De la même manière, j'aime aussi répondre à des appels à projets pour aménager des espaces publics. J'ai imaginé le mobilier de la salle de conférences du centre d'art contemporain Z33 à Hasselt. Des bancs pour le hall d'entrée du Parlement bruxellois.

Qui dit Bram Boo dit forcément tiroirs recoins secrets. C'est votre gimmick ?
Introduire la fonction de rangement dont on a tous besoin tout le temps là où on ne l'attend pas, cela dynamise forcément l'objet. Une table à quatre pieds il y en a des milliers. Une table à quatre pieds ambiguë qui raconte une histoire de plus, ça, ça me plaît. J'aime l'idée de créer des objets qui jusqu'ici n'existaient pas.

Ce serait ça, votre définition du design ?
Le design, c'est une manière de vivre avant tout. C'est arriver à étonner en résolvant des problèmes. Faire en sorte qu'un produit procure du bonheur en plus de la fonction. Qu'il soit impeccable, qu'il procure du plaisir. Celui de chercher toujours, de créer le débat. Pour mieux remettre l'objet en question.

En savoir plus sur:

Nos partenaires