Mauvaises bonnes résolutions

10/01/13 à 12:30 - Mise à jour à 12:30

Source: Weekend

Si vous n'arrivez pas à respecter le pacte que vous vous êtes fait à vous-même, expliquent les praticiens de l'Institute of NeuroCognitivism (INC), c'est que vous n'avez pas clairement identifié les besoins à la base de cet auto-engagement...

Mauvaises bonnes résolutions

© Thinkstock

Si vous n'arrivez pas à respecter le pacte que vous vous êtes fait à vous-même, expliquent les praticiens de l'Institute of NeuroCognitivism (INC), c'est que vous n'avez pas clairement identifié les besoins à la base de cet auto-engagement. Car seules les motivations primaires, celles qui se sont forgées dans notre toute petite enfance, qui se traduisent notamment par l'adhésion à certaines valeurs, sont le gage d'une mutation durable. " Parce qu'elles renvoient à la notion de plaisir en soi et ne sont liées ni à un quelconque résultat ni à la reconnaissance des tiers. Elles restent donc stables tout au long de notre vie et les mobiliser permet de nous ressourcer et de nous épanouir ", analyse Chantal Vander Vorst, Managing Director de l'INC (1).

Et d'exemplifier par les très classiques velléités sportives de l'an neuf : si c'est pour se donner une image positive de soi alors qu'au fond on n'aime pas l'effort physique, autant économiser le prix de l'abonnement à la salle de muscu où l'on ne mettra plus les pieds à partir de février. Et réajuster ses prétentions en se disant que prendre l'escalier plutôt que l'ascenseur ou faire ses courses à pied serait déjà pas si mal. " Bref, modifier ce que l'on peut pour satisfaire à la fois son envie de changement et inscrire ce nouveau comportement dans la durée ", poursuit-elle.

Delphine Kindermans, rédactrice en chef

www.neurocognitivism.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires