Christian Lacroix sauvé par l'Italien Borletti ?

28/07/09 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Weekend

La maison Lacroix, en redressement judiciaire depuis juin pourrait être sauvée par l'Italien Borletti, repreneur du groupe Le Printemps en 2006, pourrait acquérir la maison de couture Christian Lacroix, en , son offre étant jugée la plus sérieuse des trois reçues lundi par l'administrateur judiciaire chargé du dossier.

Christian Lacroix sauvé par l'Italien Borletti ?

© Catwalk Pictures - Etienne Tordoir

L'administrateur judiciaire chargé du dossier de la maison de couture Christian Lacroix, en redressement judiciaire depuis début juin, a indiqué ce lundi avoir reçu trois offres de reprise. Parmi ces trois offres, celle du groupe italien Borletti, associé au couturier arlésien lui-même, semble être l'offre la plus crédible de reprise de la société.

"On a trois offres", a déclaré Régis Valliot à l'agence AFP. L'offre "émanant du groupe Borletti associé à M. Christian Lacroix lui-même" est "une pré-offre qui reste à parfaire" d'ici fin août, mais elle est "engageante", a précisé M. Valliot.

Le groupe Borletti détient notamment la chaîne italienne de grands magasins La Rinascente et, avec la Deutsche Bank, a acquis en 2006 les magasins Le Printemps (groupe PPR).

Le cabinet de conseil Bernard Krief Consulting (BKC), de son côté, a bien déposé une offre comme il l'avait annoncé mais elle est "peu satisfaisante tant sur le plan financier que sur le plan social", a indiqué M. Valliot. Quelques heures après avoir déposé son offre, BKC s'est dit prêt à l'améliorer tant sur le plan de l'emploi que sur celui du développement de la maison de couture.

"Deux inconnus qui n'ont pas de projet" ont fait une offre "pour un euro" jugée "inconsistante" par l'administrateur judiciaire. Un quatrième candidat s'est désisté, a ajouté M. Valliot.

Un défilé Haute Couture en janvier 2010 ?

Dans un communiqué, le groupe Borletti a précisé que son offre "maintiendrait la haute couture et les licences, tout en visant à reconstruire un prêt-à-porter de qualité". "La marque Christian Lacroix serait préservée sans dénaturer son périmètre", ajoute le texte. Christian Lacroix serait associé de près à ce projet de reprise. Le couturier détiendrait un pourcentage (non précisé pour le moment) du capital de l'entreprise, alors qu'il n'a aujourd'hui aucune part dans la maison, détenue à 100 % par le groupe américain Falic depuis son rachat à LVMH en 2005. Selon le New York Times, l'offre Borletti sauverait 49 salariés sur 124. Suffisamment pour préparer la collection de haute couture printemps-été 2010, avec un défilé organisé en janvier prochain.

Les candidats à la reprise de la maison Lacroix, qui a subi en 2008 dix millions d'euros de pertes pour un chiffre d'affaires de trente millions d'euros, avaient jusqu'à lundi pour déposer leurs offres de reprise. La maison de couture, propriété depuis 2005 du groupe américain Falic, spécialisé dans le duty free, avait annoncé fin mai être en cessation de paiement, frappée par "la crise financière mondiale qui touche de manière significative le domaine du luxe". La décision finale du tribunal de commerce de Paris est attendue pour septembre

Ca.L, avec Belga

Visualisez le défilé de Christian Lacroix Haute Couture hiver 2010 sur Catwalk Weekend

Nos partenaires