Décryptage: les Millennials, seuls, mais ensemble

04/10/16 à 14:34 - Mise à jour à 05/10/16 à 07:55

Source: Weekend

Autocentrés et nourris à l'ego, les Millennials se réapproprient dans le même temps le collectif. Un paradoxe qui n'est qu'apparent mais qui a pour corollaires que la société marchande se tourne vers la collaboration, tandis que les marques misent sur les "gangs" pour communiquer.

Sale temps pour les iconiques égéries de mode. Bien que certaines tirent encore leur épingle du jeu - Cara Delevingne, Gigi Hadid , etc. - être belle, célèbre (et si possible engagée) ne suffit plus pour capter l'attention des consommateurs les plus jeunes. Pour les draguer, l'heure est à la bande. Selena Gomez, recrutée par Louis Vuitton pour sa campagne automne-hiver 16-17, doit par exemple partager l'affiche avec six mannequins, sous l'oeil du célèbre photographe Bruce Weber. La narration se compose désormais en équipe, à l'image d'une partie de bowling disputée par des copines pour le spot de Chance Eau Vive de Chanel, l'idée venant cette fois de Jean-Paul Goude. Si la figure marketing du groupe permet de toucher différents profils, elle répond surtout au besoin de séduire les Millennials, aussi appelés génération Y, ces acheteurs potentiels nés entre 1980 et 2000. D'ici deux à quatre ans, ils pourraient représenter le marché le plus important pour les produits de luxe.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires