Dries Van Noten, "une main libre, un esprit libre "

01/03/18 à 09:04 - Mise à jour à 10:16

Quand le créateur belge défile à Paris, c'est "hors les marges" mais sans avoir l'air d'y toucher.

Dries Van Noten, "une main libre, un esprit libre "

© Imaxtree

Dries Van Noten, "une main libre, un esprit libre "

Il a jeté quelques mots qui disent ses intentions, "glam graphique", "art brut", "en marge du système", " désinhibé ", "intense", "libre", "griffonnage". Et pour dire tout haut ses créations vestimentaires, Dries Van Noten a choisi d'ouvrir les lourds rideaux du hall principal de l'Hôtel de Ville, Paris - ses ors en paraissent soudain moins dramatiques. Comme si y laisser entrer la lumière extérieure conférait ainsi une autre réalité à ce défilé.

Déjà que le carton d'invitation était "bêtement" écrit à la main, au Bic, pas même calligraphié, avec, en guise de fioriture, un point à côté de son nom, comme s'il n'y avait rien à ajouter, à part peut-être les détails pratiques : "Women's collection for autumn/Winter 2018-19. Wednesday the 28th of february, at 3 PM, 3 rue de Lobau, 75004 Paris". Ce n'est pas dans les habitudes de la Maison anversoise - il s'agirait donc de faire brut, voire impulsif. Et de ne pas non plus faire mentir l'envie du moment, "une main libre/un esprit libre".

Dries Van Noten, "une main libre, un esprit libre "

Sous ses atours faussement sages, Dries Van Noten n'est jamais là où on l'attend. Mais cela ne se remarque pas au premier abord. Il faut donc se laisser emporter par le Child in Time de Deep Purple, une bande-son hard rock qui n'a rien d'innocent. Puis suivre les arabesques au stylo bille en noir et blanc puis en bleu, qui font vibrer les matières, les formes et les silhouettes. Les contrastes s'affichent d'emblée, le sportswear masculin et le délicatement fait-main, le glam opulent des années 70 et les graphismes ultra contemporains, les manteaux structurés comme des sweatshirts, les plumes de paon stylisées et le gribouillage obsessionnel, le joyeux plissé-soleil et le tailoring strict. Tandis que les plumes marabout et la fausse laine de Mongolie frisée emportent le tout sans vaciller, malgré les semelles obliques, voire les compensées. Un foisonnement ordonné qui force l'admiration, sans hystérie surtout. Comme si le geste hors marges (lui) était vital.

Dries Van Noten, "une main libre, un esprit libre "

Nos partenaires