Ek Thongprasert: bijoux précieux

05/12/11 à 09:20 - Mise à jour à 09:20

Source: Weekend

Attention, décalage. Des rivières de diamants sans vrais diamants, des parures que l'on croirait transmises de mère en fille, des bijoux de famille qui semblent dire leurs origines mais taire les secrets de clan et, pour ouvrir le débat sur la préciosité, du silicone, 100 % synthétique.

Ek Thongprasert: bijoux précieux

Ek Thongprasert et Noon Passama Sanpatchayapong ont tout compris du conceptuel, de l'accessoire et de l'essentiel. Il a 30 ans, est né à Bangkok (Thaïlande), s'est formé à l'Académie d'Anvers (en mode) et à la Chulalongkom University de Bangkok (en architecture), a gagné en 2007 le Fashion Weekend (que l'on n'appelait pas encore le Weekend Fashion Award) et donné son nom à leur griffe.

Elle a 28 ans, est née à Bangkok, s'est formée à la même université (en design industriel) avant d'affiner ses choix et de partir étudier à Amsterdam, à la Gerrit Rietveld Academie (en bijoux contemporains).

À deux, ils posent les questions qui font mouche - " Qu'est-ce que cela signifie " précieux " ? À quelle qualité correspond la définition ? Faut-il que cela soit clinquant, brillant, délicat ? Aux couleurs d'un métal noble ? " Avec circonspection, Ek et Noon s'interrogent puis, avec délectation, ils se jettent dans la mise en abyme, s'amusent à copier-coller, osent parfaire sans parjurer des bijoux ancestraux, ethniques ou non, parfois, ils les gainent de cuir, parfois pas, préférant le silicone, surtout s'il est fluo ou pastel et leur rajoutant parfois quelques pierres. À voir leurs colliers qui déménagent, on comprend que les réponses ne sont jamais fermées. Et c'est bien mieux ainsi.

A-F. M.

Ek Thongprasert, chez Ra, 13, Kloosterstraat, à 2000 Anvers et à la Collectors Gallery, 17, rue Lebeau, à 1000 Bruxelles.www.ekthongprasert.be

Nos partenaires