En images: voici les nouveaux uniformes des agents bruxellois

09/01/16 à 08:00 - Mise à jour à 09:00

Les rois de la sape. Ils portent du beige, parce que "c'est chic". Et, accessoirement, parce que c'est "peu salissant", n'y voyez aucune coquetterie - dans leur métier, c'est essentiel.

Car cette femme et ces sept hommes sont très officiellement des "agents de la ville de Bruxelles en contact avec le public", des ambassadeurs bruxellois en quelque sorte. Et selon leur fonction, ce nouveau belge beige s'additionne de jaune ou d'orange fluo (pour les services "Travaux de voirie"), de bleu marine (service "Perceptions") ou de rose (service "Instruction publique"). Dans la salle gothique de l'Hôtel de Ville de la capitale, ils ont donc pris la pose, dans leur nouvel uniforme, lequel est la parfaite contraction entre un vêtement de travail fonctionnel, des tissus très techniques, le besoin de confort de ces puéricultrice, agent de propreté, percepteur de marché ou paveur et des envies de créateurs indigènes issus de la Cambre mode(s) - Tony Delcampe, Didier Vervaeren, Caroline Hiernaux et Mansour Badjoko.

Parce qu'il s'était souvenu que Walter Van Beirendonck avait, en son temps, relooké les éboueurs d'Anvers, l'échevin du Tourisme, du Personnel et des Finances de Bruxelles Philippe Close a enclenché le processus il y a cinq ans, avec l'aide de MAD Brussels. Le résultat est enfin sorti des ateliers de confection et sera bientôt visible dans les rues, repérable en un clin d'oeil grâce au code couleur, aux bandes réfléchissantes et au logo vintage où Saint Michel porte le flambeau tout en terrassant le dragon. L'homme à la pelle, Michel Debolt, réparateur de trottoirs, 44 ans de maison, yeux lagon sur solide moustache poivre et sel, est ravi: "il est bien, cet uniforme" surtout les renforts aux genoux, le genre de détail qui compte quand on travaille à même le pavé, seul (petit) bémol, la poche pour le mètre est à gauche, il finira bien par s'y faire, comme il a fière allure.

En savoir plus sur:

Nos partenaires