Enquête sur ces "ghost designers" qui travaillent incognito dans l'ombre des grandes marques

31/05/18 à 14:19 - Mise à jour à 14:38
Du Le Vif Weekend du 31/05/18

Tout comme il y a des écrivains fantômes, qui prêtent leur plume aux grands auteurs, l'univers de la mode a lui aussi ses " ghost designers ". Mais n'allez pas croire que travailler dans l'ombre d'une personne reconnue, d'une maison prestigieuse ou pour une chaîne de prêt-à-porter internationale soit nécessairement un pis-aller...

Impossible de nommer une griffe de mode qui ne compte pas au moins un diplômé d'une de nos célèbres écoles... même si on ne le sait pas toujours. Ainsi, Patrick Van Ommeslaeghe, formé à l'Académie d'Anvers, a d'abord lancé sa propre collection avant d'intégrer les coulisses de plusieurs grandes maisons. Un parcours qui fait du Belge un de nos " créateurs fantômes " les plus connus. Après avoir été pendant longtemps le bras droit de Raf Simons chez Jil Sander, il a rejoint Nehera puis Ann Demeulemeester, pour enfin devenir consultant pour J.W. Anderson. " Le privilège de ce rôle de l'ombre, c'est qu'il est possible de travailler à un haut niveau sans pour autant être confronté à tous les soucis qui vont de pair avec la notoriété ", explique l'intéressé, qui ne dévoilera pas pour autant de détails sur ses diverses collaborations. C'est que les " ghost designers " se doivent d'être aussi discrets que le majordome de la Reine d'Angleterre. Leur silence est la plupart du temps contractuel, et dévoiler la cuisine interne d'une marque reviendrait à risquer leur emploi.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires