A Paris, la mode connaît la musique

25/01/15 à 15:40 - Mise à jour à 26/01/15 à 12:16

Après Kenzo qui présentait sa collection à la Philarmonie de Paris, un orchestre classique assurait la bande son en live du défilé Dior Homme.

C'est à coup sûr ce qui s'appelle savoir cultiver le mystère. A voir l'armée de jeunes gens en costumes sombres gardant le rideau noir qui scindait la salle en deux, les invités du show Dior Homme - parmi lesquels on a pu entrevoir Pierre Niney, Francis Huster et Lambert Wilson - se doutaient bien que Kris Van Assche leur réservait une surprise de taille. Derrière le velours, une formation de 32 musiciens classiques à la file indienne assuraient la bande son - une étrange version philharmonique d'un morceau électro signé Koudlam - d'un show s'ouvrant une fois n'est pas coutume sur des pièces du soir, le côté formel des looks étant contrebalancé par des casquettes résolument sportwear et des pins épinglés au revers des smokings et des vestes queue de pie. Un mix que domine à merveille depuis plusieurs saisons le directeur artistique de Dior Homme qui n'a pas hésité une fois de plus à juxtaposer jeans bruts et imprimés fleuris, redéfinissant ainsi les codes d'une maison où il se sent de plus en plus chez lui.

Quelques heures plus tôt, Kenzo avait choisi de faire défiler ses modèles dans les nouveaux couloirs de la Philarmonie de Paris. Un bâtiment signé Jean Nouvel aux allures de vaisseau intergalactique parfaitement raccord avec le symbole U.F.O. - l'abréviation anglophone pour objet volant non identifié - qui s'affichait sur plusieurs sweat-shirts. Remarqué aussi le tag d'entretien des vêtements revisité - en lieu et place des consignes habituelles de lavage, on pouvait lire en grand les mots Love Respect Others Irony - qui trouvait tout à coup une autre résonance dans un Paris encore sous le choc des attentats de début janvier. Paris à laquelle la maison Hermès avait choisi de rendre hommage à sa manière en investissant les couloirs de la Maison de la Radio dont les larges baies vitrées offraient une vue à tomber sur une Ville Lumière qui n'avait sans doute jamais aussi bien porté son nom.

En savoir plus sur:

Nos partenaires