Au pays du matin neuf, bienvenue chez Vuitton (en images)

06/03/14 à 11:19 - Mise à jour à 11:19

Première collection de Nicolas Ghesquière pour Louis Vuitton, changement de ton, "c'est un matin neuf..."

"C'est un matin neuf. Un matin important..." Sur beau papier crème aux armes de Louis Vuitton, dactylographiée, une lettre signée Nicolas (nul besoin de préciser qu'il s'agit de Ghesquière, nouveau directeur artistique de la maison, la planète mode est au courant).

Le créateur qui quitta Balenciaga avec quelques fracas dit sa "joie immense d'être ici", n'ignore pas que "son expression stylistique rejoint la philosophie de cette maison qui détient un patrimoine noble" et salue le travail de Marc Jacobs, "auquel je veux succéder avec toute ma sincérité".

Dans la Cour Carrée du Louvres, il est vraiment question d'un matin neuf, quand les volets métalliques de la boîte épurée, construite exprès pour le défilé, s'ouvrent et laissent entrer la lumière du jour, ensoleillé, et offrent en arrière-fond la noblesse de l'architecture voulue par François Ier, roi de France de 1515 à 1547.

C'est la top Freja Beha (égérie de Karl Lagerfeld, par ailleurs) qui ouvre le bal, dans une silhouette fin sixties, qui marque le changement de ton - une robe crème avec col roulé, un manteau noir et col caramel, des bottes presque laquées et un mini-sac porté à bout de doigts. A l'oreille gauche, une grande boucle d'oreille avec pendentifs qui fait son petit effet.

On reconnaît la patte N.G. (volumes, sportswear dans les détails, col camionneur et sweats zippés), on reconnaît la patte L.V. (des matières luxe, peaux, cuirs, suède, croco, la maison n'est pas malletier pour rien), on reconnaît le talent du premier, son sens de l'énergie et de la contemporanéité, on reconnaît la main des ateliers maison qui participent grandement au story telling de ce patrimoine cher à monsieur Arnault, grand patron de LVMH.

Si, à la fin de sa lettre, le créateur remercie "plus particulièrement" ceux qui travaillent auprès de lui, ce n'est pas pour rien, c'est élégant. Tout comme ce parti-pris vestimentaire qui abandonne le show off auquel l'Américain Marc Jacobs nous avait habitués. Le luxe discret sera le nouveau luxe.

En savoir plus sur:

Nos partenaires