Des polos à gogo, des vêtements modulables: retour sur les défilés parisiens

05/10/17 à 10:09 - Mise à jour à 10:09

Source: Afp

Le polo en force, des vêtements deux-en-un ou qui jouent les trompe-l'oeil, des volants, des bottines en PVC, des défilés insolites ou grandioses: ce qu'il faut retenir de la Fashion week parisienne qui s'est achevée mardi après huit jours de défilés.

Polo gagnant

Au moment où Lacoste revenait défiler à Paris après 13 ans à New York, son vêtement fétiche, le polo, s'est taillé un franc succès dans les collections de prêt-à-porter printemps été 2018. Chez la griffe au crocodile, il se transforme en une robe asymétrique et drapée, l'encolure et les boutons sont décalés sur le côté pour découvrir l'épaule.

Le polo, en robe ou en t-shirt, uni, à rayures ou à fleurs, en version courte ou oversize, était aussi sur les podiums de Céline, Atlein, Carven et Y/Project.

Le sportswear, tendance lourde dans la mode, est toujours de mise, mais version sophistiquée pour une allure féminine.

Des polos à gogo, des vêtements modulables: retour sur les défilés parisiens

© Belga

Double jeu

Le polo de Lacoste est doté de doubles manches: les courtes laissent passer les bras, les longues sont décoratives, nouées sur les épaules. Des effets que l'on retrouve également chez Y/Project, ainsi que chez Sacai, où des manches longues greffées sur des robes se nouent sur la poitrine, donnant l'impression d'une superposition de vêtements.

Chez Céline, le trench se compose de deux épaisseurs qui permettent de tenir son sac à main au sec. Une fusion des vestiaires masculin et féminin s'opère avec une veste de costume d'homme oversize qui se prolonge en jupe plissée asymétrique.

Des polos à gogo, des vêtements modulables: retour sur les défilés parisiens

© Belga

Balenciaga propose carrément des vêtements à double usage, en réunissant par le col un trench avec une veste en jean, une robe lingerie avec un peignoir. En écho à la collection masculine de la griffe présentée cet été, des pantalons en trois parties sont modulables grâce à des fermetures éclair: ils peuvent se porter en pantalons, en bermudas ou en shorts.

Volants à foison

Déjà présents depuis plusieurs saisons, les volants étaient partout: chez Off-White, Alexander McQueen, Giambattista Valli, Balmain, Sacai, Stella McCartney, Lacoste, Isabel Marant, Comme des Garçons... Les fronces et les drapés virevoltent aussi dans les collections.

Des polos à gogo, des vêtements modulables: retour sur les défilés parisiens

© Belga

Show devant

Un quai de métro parisien pour le label Dumitrascu, les jardins du Trocadéro sur fond de Tour Eiffel scintillante pour Saint Laurent: petites marques ou grandes maisons ont une fois de plus soigné les décors de leurs défilés, largement diffusés sur les réseaux sociaux.

Comme Saint Laurent, plusieurs griffes ont opté pour des shows en plein air. Rick Owens, sur le parvis du palais de Tokyo, avait même distribué des coupe-vents imperméables aux invités pour les protéger des éclaboussures des fontaines.

Des polos à gogo, des vêtements modulables: retour sur les défilés parisiens

© Belga

Toujours spectaculaire, le show Chanel s'est déroulé dans les gorges du Verdon reconstituées au Grand Palais, tandis que Dior avait installé une grotte féérique dans le jardin du musée Rodin. Une chapelle (Atlein), une église (Koché), un lycée (Altuzarra), l'École des hautes études en sciences sociales (Y/Project), ont aussi servi de cadre aux défilés, de même que le Palais de justice de Paris (Givenchy), suscitant quelques grincements de dents sur les réseaux sociaux.

Bottes en PVC ou Crocs?

Comment se chausser l'été prochain? Avec des bottines et des bottes en PVC transparentes (Balmain et Chanel) pour les jours de pluie, des sandales africaines à pompons (Carven) pour la plage, des cuissardes à talon plat (Paco Rabanne) pour danser toute la nuit, des sabots Crocs à plateforme (Balenciaga) pour les plus hardies.

Des polos à gogo, des vêtements modulables: retour sur les défilés parisiens

© Belga

Kaia et Cara

Trois semaines après la signature par LVMH et Kering d'une charte de bonne conduite dans l'emploi des mannequins, fixant notamment la taille minimale à 34, la minceur est toujours aussi à la mode sur les podiums. Seules quelques silhouettes plus en formes ont été aperçues aux défilés Jour/né, Koché, Alexander McQueen.

La fille de Cindy Crawford, Kaia Gerber, âgée de 16 ans, qui avait déjà fait sensation lors des défilés new-yorkais, a aussi brillé sur les podiums parisiens, chez Saint Laurent, Chanel, Miu Miu, Valentino, Off-White. Sa compatriote Cara Taylor, du même âge, était une autre star de la Fashion week (Givenchy, Sonia Rykiel, Stella McCartney, Balmain, Saint Laurent).

Des polos à gogo, des vêtements modulables: retour sur les défilés parisiens

© Belga

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos