"Il est des jours où l'on ne sait plus à quel saint se vouer. La faute à Nicki Minaj"

05/03/17 à 18:45 - Mise à jour à 06/03/17 à 10:29

Le cinquième jour des défilés parisiens aurait pu être comme les autres mais il s'est enrayé dès 10 h 30, Haider Ackermann avait invité ses hôtes au Théâtre National de Chaillot, d'habitude, on y croise Tilda Swinton, tout de Haider Ackermann vêtue, entraînant dans son sillage des silences admiratifs.

A la place, Nicki Minaj, 75, 3 millions de followers, coincée entre Caroline de Maigret et Lou Doillon, la quintessence du cool chic parisien, la première étant labellisée Chanel, la seconde plutôt Saint Laurent, par Anthony Vaccarello. Le mélange des genres a parfois du bon.

La Queen of Hip Hop avait quant à elle opté pour un short Givenchy et un top Mugler qui prônait l'asymétrie, couvrant un sein et pas l'autre, bijouté mini par Agent Provocateur. Et c'est là que ça a bêtement déraillé, impossible de ne pas avoir le regard aimanté par cet incroyable numéro de minauderies en ligne de mire. Alors non, je n'ai rien vu de la collection d'Haider Ackermann. Ni ses manteaux impeccablement coupés, ni sa fourrure blanche, ni ses cuirs affûtés, ni ses vestons glissés dans les pantalons, ni son top chemisier blanc d'un extrême raffinement. En plus, il faisait froid ce jour-là.

Nos partenaires