Inès et Chanel, à nouveau in love

05/10/10 à 17:10 - Mise à jour à 17:09

Source: Weekend

Inès de la Fressange, de retour sur les podiums. En soi, ce n'est pas la nouvelle du siècle. Cela fait plusieurs saisons déjà que les créateurs font de temps à autre revenir une ancienne top sur les catwalks.

Inès et Chanel, à nouveau in love

© catwalk pictures

Inès de la Fressange, de retour sur les podiums. En soi, ce n'est pas la nouvelle du siècle. Cela fait plusieurs saisons déjà que les créateurs font de temps à autre revenir une ancienne top sur les catwalks. La Française de 53 ans avait par exemple défilé pour Jean Paul Gaultier en janvier 2009...

Mais Inès chez Chanel, là c'est tout de suite autre chose. Souvenez-vous... Ces deux-là ont été mariés pendant six ans, durant les années 80. Karl Lagerfeld avait choisi la grande brune pour incarner l'image de la maison de la Rue Cambon, vu sa grande ressemblance avec Coco Chanel. Elle était la première mannequin à signer un contrat d'exclusivité avec une maison de haute couture. La première à devenir une star ultra médiatisée, dans l'histoire de la mode. Bien avant les Naomi, Claudia et autres Eva...

En 1989, quand la belle brune est choisie comme modèle du buste de Marianne, Karl veut qu'elle refuse cette proposition, trouvant vulgaire d'habiller un monument. Mais Inès ne cède pas, et rompt son contrat d'exclusivité avec Chanel, après une grande bataille judiciaire. Fin de l'histoire d'amour, donc, jusqu'à ce mardi matin...

A l'intérieur du Grand Palais, transformé pour l'occasion en immense jardin à la française, l'ancienne top a fait son tour de piste, immense sourire aux lèvres, démarche tranquille et heureuse, sous les applaudissements des spectateurs. Vêtue d'une robe de soirée noire toute en transparence, elle a même eu l'immense privilège de venir saluer l'assemblée au bras de Karl. Par ailleurs, elle incarnera la prochaine campagne de pub de la maison aux deux C entrelacés, aux côtés de Stella Tennant (top des années 90 qui a aussi fait son comeback ce mardi), Baptiste Giabiconi et Freja Beha Erichsen. Du beau monde en perspective.

Catherine Pleeck, à Paris

Nos partenaires