Marc et Bernard

04/10/12 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

Chez Louis Vuitton, propriété de monsieur Arnault (LVMH), on joue aux dames façon Jacobs.

C'est réglé comme du papier à musique, chacune des mannequins (ou presque, hormis le dernier passage) porte l'indispensable it-bag décliné dans le même esprit. Des damiers, des damiers, des damiers.

Blanc et jaune, blanc et vert, blanc et noir. Dans des échelles différentes, des matières contrastées. Parfois ajourés. Brodés de sequins. Voire carrément tuftés. Les lignes sont rectilignes, les longueurs mini, midi et maxi, quelques silhouettes de fleurs posées sur les vêtements viennent contrebalancer l'esprit graphique. C'est net, frais, efficace et cela n'a rien à voir avec les des deux saisons précédentes - c'est voulu.

Marc Jacobs ne fait jamais du pareil au même. Pas de Kate Moss sur le catwalk clope au bec donc, mais une dédicace perso à Yves Carcelle, président du groupe Mode et Maroquinerie de LVMH bientôt à la retraite. Est-ce à dire que lui aussi sera citoyen ucclois ? Chic, on aurait alors peut-être la chance de croiser Marc au bois de la Cambre.

A.F.M.

Nos partenaires