Néo ou rétro: la mode masculine s'éclate à Paris

17/01/13 à 10:59 - Mise à jour à 10:59

Source: Weekend

Jusqu'à dimanche, c'est dans la Ville Lumière que se décideront les nouveaux diktats du vestiaire masculin. Premiers aperçus de ce que sera demain, chez Mugler, Carven et Raf Simons.

>>> Suivez Isabelle Willot et Le Vif Weekend sur Twitter pendant les Fashion Weekend ici !

Néo ou rétro: la mode masculine s'éclate à Paris

© Image Globe

Il semble que même en mode, tout finisse par se résumer au combat des anciens contre les modernes. Ou plutôt dans le cas présent, à l'opposition stylistique d'un look d'inspiration plutôt rétro - comme vu chez Prada, en début de semaine à Milan - à une silhouette plus futuriste tant dans le choix des formes que celui des matières - comme l'ont démontré à Milan les collections Emporio Armani et Z Zegna, entre autres. Un clivage qui s'est également marqué, à Paris, dès le premier jour des défilés.

Ainsi, chez Carven, background et musique plongeaient d'emblée l'assistance - divisée en trois petites audiences - dans une atmosphère fifties confirmée par l'arrivée sur un mini catwalk aux allures de scène de théâtre de pantalons trois-quarts donnant aux modèles qui les portaient des allures d'écoliers bien sages.

Chez Raf Simons (photo), aussi, à quelques petites touches de nostalgies - les cols de chemises ultra-larges pointant jusqu'aux épaules ou remontés le long de la joue, les coupes larges et fluides des pantalons, les débardeurs en laine très seventies portés sur des sous-pull - répondaient des formes plus audacieuses comme celles, très géométriques, des blazers croisés barrés sur le haut du torse par une large bande de tissu rectangulaire ou ces longues vestes sans manches flottant presque comme des capes le long du corps.

Chez Mugler, au contraire, nulle volonté de regarder en arrière si ce n'est pour s'approprier quelques grands codes vestimentaires de l'élégance masculine pour mieux les twister à grands renforts de fluos acides et de matières techniques employées là où on ne les attend pas. Le gilet pare-balles devient gilet tout court, la veste col Mao se ferme à coup de bandes Velcro, les pantalons enlacent la jambe au plus près tels des combinaisons de plongée. Un petit côté homme grenouille renforcé par le retour de la cagoule spottée chez Carven mais aussi chez Christian Lacroix.

I.W.

>>> Suivez Isabelle Willot et Le Vif Weekend sur Twitter pendant les Fashion Weekend ici !

Nos partenaires