Paris Jour 3 : Chloe, Carven, Ann Demeulemeester, Rick Owens, Manish Arora, Paco Rabanne

30/09/16 à 09:57 - Mise à jour à 09:56

Faire défiler une collection, c'est envoyer un message à la planète terre ou du moins à la sphère fashion. Rien à voir avec une bouteille à la mer, les choses sont claires sur les catwalks. Lumière, décor, atmosphère, bande-son, silhouettes, gamme chromatique, références, tout fait sens. Et quand c'est écrit en toutes lettres, c'est encore plus clair. Message reçu.

"The effortless simplicity of French style ", c'est ce que la britannique Clare Waight Keller voulait pour ses filles Chloé. Elle a mêlé ce je-ne-sais-quoi parisien seventies à une attitude boyish avec détails romantiques. Elle sait y faire.

" Le vert porte bonheur ", c'est ce que déclarait Carmen de Tommaso dès 1945, quand elle fonda sa maison. Depuis, à la tête de Carven, on trouve Alexis Martial et Adrien Caillaudaud qui reprennent l'idée, mais rayée et format mini. Avec écusson labellisé, pour mieux marquer son appartenance.

" Life is beautiful ", c'est ce que répète Manish Arora de sa voix toute cassée. Son utopie a les couleurs de l'arc-en-ciel, une saveur pastel, voici le monde enchanté de My Little Pony où tout est doux et joyeux pour un genre humain non formaté. Ah si seulement...

" True black ", " True White ", c'est l'opposition véritable que prône Sébastien Meunier chez Ann Demeulemeester s'inscrivant parfaitement dans les pas de la dame et brodant délicatement ses mantras sur ses tops en tulle comme des tatouages. Il est possible de se réinventer dans la même veine.

" Future sex " et " Canned Candles ", c'est ce qu'imprime Julien Dossena sur ses deux premières silhouettes encapuchonnées terriblement Paco Rabanne. Tout cela pour mieux jouer avec le mesh maison à sa façon. Sûr qu'il est question de désir.

" Plus de couleur et de beauté ", c'est le souhait de Rick Owens qui ne fait rien comme les autres. Sa beauté ne ressemble qu'à la sienne, il le sait et c'est en cela qu'il force le respect.

" I Marant ", c'est ce qui est simplement écrit sur son tee-shirt. Isabel Marant venue saluer à la fin de son défilé au Palais Royal n'avait que cela à dire, et c'est déjà beaucoup. A 22 ans, en 1989, elle lançait sa première marque, depuis, avec succès, elle fait ce qu'elle veut et réussit à imposer sa dégaine de fille cool contemporaine.

Nos partenaires