Paris jour 9: L' "élégance française" chez Louis Vuitton

05/10/16 à 18:37 - Mise à jour à 06/10/16 à 10:28

Dernier jour du marathon des fashion weeks, avec Nicolas Ghesquière et " l'élégance française " siglée Louis Vuitton.

Aujourd'hui est un grand jour : Louis Vuitton vient de labelliser officiellement la Place Vendôme " épicentre merveilleux de l'élégance française ", la maison en profite pour inviter ses hôtes au numéro 2 de cette place régentée par la statue de l'Empereur Napoléon en César, dans ce qui sera sa future boutique et sans doute sa plus belle vitrine au coeur de la Ville Lumière. Le béton est encore brut, à moins qu'il ne le reste, la façade couverte de panneaux habillés de rayures noires et blanches pour cause de travaux et Nicolas Ghesquière, directeur artistique de la maison depuis novembre 2013, en pleine forme.Malgré les rumeurs persistantes dont raffole le petit monde de la mode qui voudrait qu'il s'en aille voler de ses propres ailes et fonder sa marque sans plus se soucier du malletier - rumeurs démenties, son contrat courrait jusqu'en 2018, chose pourtant toujours tue dans cette industrie du luxe lourde de secret. Pour l'heure, le créateur prolixe présente son printemps-été 2017. Sur la bande-son, la musique de Michel Berger, la voix si douce de Gérard Depardieu qui parle d'amour à une femme, Nathalie Baye, c'est extrait du film Rive droite Rive gauche de Philippe Labro et cela fait écho à l'intention de la collection : " une éternelle discussion " entre ces deux rives si parisiennes, avec leurs particularités vestimentaires et leurs codes bien définis. Sauf que Nicolas Ghesquière n'est jamais littéral et que ses références ne lui servent qu'à mieux plonger dans la recherche et l'innovation.Avec une liberté totale et une inventivité dont il ne s'est jamais départi depuis qu'il fait de la mode - il était déjà stagiaire à 14 ans chez agnès b. Ses tailleurs sanglés, ses robes de jersey, sa manière de repenser les volumes, les découpes, les proportions, sa façon de travailler la dentelle, la broderie, le plissé et l'imprimé intriguent au premier regard avant de conquérir. La rue ne s'y trompe pas d'ailleurs qui l'adopte et le digère. Ni la maison qui l'emploie, rappelant fort à propos qu' " il fut un temps où la Place Vendôme s'appelait la Place des Conquêtes ".

Nos partenaires