Festival d'Hyères: un palmarès très international

30/04/12 à 13:04 - Mise à jour à 13:04

Source: Weekend

Les lauréats du Festival International de Mode et de Photographie d'Hyères, cuvée 2012, sont connus. Sur le podium : des créateurs finlandais, estonien et canadien... mais aussi Lucas Sponchiado, le Bruxellois lauréat du Prix du Public de notre Weekend Fashion Award 2011.

Festival d'Hyères: un palmarès très international

© DR

Le palmarès de la 27e édition du Festival International de Mode et de Photographie d'Hyères est connu. Et il ne manque pas de surprises puisque y figurent trois pays que l'on n'attend généralement pas sur le devant de la scène en matière de mode...

Le jury, présidé par Yohji Yamamoto et dans lequel siégeait notre lauréate du Weekend Fashion Award 2010 Léa Peckre, a en effet décerné son Grand Prix L'Oréal Professionnel pour la mode à un trio finlandais présentant une collection masculine des plus colorées et fantasques. Siiri Raasakka, Tiia Siren et Elina Laitenen, qui se sont inspirés des rave-parties pour créer leurs silhouettes, reçoivent une bourse de 15 000 euros pour mieux prendre leur envol.

Le Prix Première Vision et le Prix du Public de la Ville d'Hyères sont, eux, attribués à une Estonienne, Ragne Kikas, pour ses robes noires en ruban tricoté.

C'est enfin un Canadien diplômé de la Central St Martins de Londres, Steve Tai, qui reçoit le Prix Chloé avec une collection rendant hommage au papier à travers des chemises " millefeuilles " notamment.

Last but not least, notre pays - qui a plus d'une fois brillé à Hyères - s'ajoute à ce palmarès d'outsiders : le Belge Lucas Sponchiado, sorti de La Cambre mode(s), remporte le Prix du Public du Palais de Tokyo avec sa collection Out of Vacum, que Le Vif Weekend avait déjà repérée en 2011 lors du Weekend Fashion Award. Le créateur y avait alors remporté le Prix du Public.

Côté photo, le Grand Prix revient à la Canadienne (encore une fois !) Jessica Eaton et le Prix Digital LVMH au Néerlandais Florian van Roekel. La Suisse Namsa Leuba, elle, obtient une résidence d'un an à la New York School of Visual Arts pour son étude visuelle des rites guinéens.

Une poignée de jeunes talents prometteurs que nous ne manquerons pas de suivre...

F.By.

En savoir plus sur:

Nos partenaires