H&M aux défilés: pour ou contre?

29/08/13 à 12:36 - Mise à jour à 12:36

Source: Weekend

H&M, mais aussi Etam et Zadig & Voltaire s'invitent désormais à la Fashion Week parisienne. Démocratisation de la mode ou confusion des genres ?

H&M aux défilés: pour ou contre?

© H&M

Quand H&M décide d'organiser un défilé durant la Semaine de la mode de Paris, la marque suédoise ne fait pas les choses à moitié. En mars dernier, l'événement a pris place au musée Rodin, rien de moins. Tout le gratin du cinéma et de la mode y a vu les plus grands tops du moment présenter les modèles de l'automne-hiver 13-14, avant de se trémousser lors d'une inoubliable soirée. "A ceux qui disent que la Fashion Week de Paris n'est pas l'endroit approprié pour une marque telle qu'H&M, mais qu'elle s'adresse plutôt à des créateurs qui se distinguent par leur créativité, je leur répondrais que nous sommes une maison de mode au sens large. Plus de 150 créateurs travaillent en interne. Ce show était dès lors un hommage à nos équipes de style", rétorque Ann-Sofie Johansson, styliste en chef chez H&M.

Même sens de la démesure pour la ligne de lingerie Etam, dont le sixième défilé a eu lieu, pour la première fois, durant la Fashion Week de la Ville Lumière. " La Semaine de la Mode de Paris est la plus emblématique des Fashion Weeks, justifie-t-on au service communication d'Etam. Une bonne raison de faire parler de notre marque au milieu des grands noms. Aujourd'hui, on est capable de porter une veste Chanel avec un top Etam et un pantalon d'une griffe de fast fashion. Pourquoi, dès lors, se priver d'un défilé qui est aussi grandiose que ceux donnés par les maisons de luxe ? Nous sommes également des créateurs de mode et d'émotions ! "

Cette présence de nouveaux acteurs dans le calendrier des Fashion Weeks fait évidemment grincer des dents dans le secteur. " Utiliser la Haute couture ou la Semaine de la mode pour faire de l'image, sans avoir le message qui convient à la presse alors présente, me paraît être du temps perdu ", considère Didier Didier Grumbach, président de la Fédération française de la couture, du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode.

Plus posé, Loïc Prigent, réalisateur de documentaires de mode et fin observateur du milieu, ne tient pas à rejeter en vrac ces défilés : " Il y a de la place pour tout le monde sur le calendrier parisien, toutes les maisons, tous les points de vue, tous les fous. Mais si ces griffes possèdent un carnet de chèques, elles n'ont pas forcément l'alchimie, c'est-à-dire le studio, l'ADN et l'état d'esprit très particulier qui permettent l'élaboration d'une collection et de ce " moment défilé " ".

... A suivre ... Retrouvez le dossier complet Quand la fast fashion défile à Paris. Pour ou contre? dans Le Vif Weekend Black Mode du 30 août 2013.

Nos partenaires