Home sweet home made

04/02/11 à 13:05 - Mise à jour à 13:05

Source: Weekend

Qu'obtient-on en mariant un cintre en fil de fer et un vieil annuaire téléphonique ?

Home sweet home made

Qu'obtient-on en mariant un cintre en fil de fer et un vieil annuaire téléphonique ? La réponse à cette question existentielle - un bouquet de fleurs en papier ressemblant furieusement à celles que les gamins s'échangent contre des coquillages à la Côte Belge - figure en page 38 du livre de Pip Lincolne (*), bloggeuse de son état et auteure d'un de ces ouvrages de travaux pratiques au look résolument vintage qui pullulent aujourd'hui dans les librairies. On y apprend aussi à fabriquer des broches en feutrine, des dessous-de-verre "revisités" (sic) et même des médailles - en cuir s'il vous plait - du mérite créatif. Car du mérite, il en faut une sacrée dose pour prendre le temps de réaliser ces gadgets a priori totalement dispensables. Comptez "plusieurs heures, selon l'habilité" pour crocheter Maurice, le panda sympa ou assembler au petit point Marguerite la vache. Sans oublier les minutes passées à chiner les tissus, à acheter les fournitures - prévoir de débourser une bonne centaine d'euros pour la machine quand même... - et, accessoirement à apprendre à coudre. Ce truc que plus personne ne vous enseigne à l'école. Ce pré-requis nié par ces carnets qui vous font croire que vous y arriverez d'un coup d'aiguille. Depuis que l'art du bricolage est devenu le hobby obligé de ce début de siècle en mal de crise, au diktat du "home sweet home made", n'ayons pas honte, si on n'aime pas ça - après tout on a le droit - de répondre "c'est moi qui l'ai acheté". Chez un pro de talent dont c'est le métier de faire de beaux objets. Néo-réac peut-être. Mais assumé.

Isabelle Willot

(*) Des idées cousues main, par Pip Lincolne, Hachette Pratique, 143 pages.

En savoir plus sur:

Nos partenaires