L'arbre qui cache la basket

08/09/10 à 17:26 - Mise à jour à 17:26

Source: Weekend

C'est une jolie histoire. Derrière Faguo, la petite marque de baskets en vogue du moment, se cachent deux Français, Frédéric Mugnier et Nicolas Rohr.

L'arbre qui cache la basket

C'est une jolie histoire. Derrière Faguo, la petite marque de baskets en vogue du moment, se cachent deux Français, Frédéric Mugnier et Nicolas Rohr. Avant de les rencontrer ce matin au Bozar Shop - où ils vendent un modèle en édition limitée, 120 paires seulement, jusque fin septembre -, je les imaginais trentenaires, déjà rompus aux rouages d'un business modeux.

Rien à voir. Ces deux là sont jeunes, très. Tout juste 22 ans. Fraîchement diplômés de leur école de commerce parisienne. Frédéric, celui à la tignasse blonde et aux lunettes rouges, a d'ailleurs passé ses derniers examens pas plus tard qu'il y a quelques semaines...

Mais dans le monde de la mode, tout peut aller très vite. Leur griffe a déjà écoulé plus 31 500 paires de sneakers en toile, depuis sa création en mars 2009. Et 66 000 paires sont programmées pour 2011. Pas besoin d'être fort en maths pour comprendre que l'idée de ces deux jeunes diplômés connaît un engouement croissant.

Ce qui est super chouette dans le projet ? L'objectif de Faguo n'est pas seulement d'écouler un maximum de chaussures dans des multimarques savamment triés sur le volet. Il s'agit aussi (et surtout) de donner du sens à la démarche. "Une caractéristique de notre génération", confient-ils. En clair, Faguo fait venir ses baskets par bateau, de Chine jusqu'au port de Paris. Collabore avec un centre qui aide à la réinsertion par le travail, pour toutes les questions de logistique. Et compense ses émissions de CO2 en plantant un arbre, par paire vendue... Pour l'instant, ces arbustes poussent en France, mais le duo cherche un partenaire (pépiniériste ou association) pour décliner les plantations en Belgique. Avis aux amateurs !

Catherine Pleeck


PS : Si vous craquez pour une de ces paires, via http://www.faguo-shoes.com ou à Bruxelles chez Francis Ferent, MAPP ou bientôt Mister Ego et Balthazar, ne faites pas comme moi : voyez grand. J'ai acheté une paire de 40 (je chausse pourtant du 39-40), et elles sont un peu trop petites !



En savoir plus sur:

Nos partenaires