Le kimono du Titanic mis aux enchères

19/04/12 à 12:30 - Mise à jour à 12:30

Source: Weekend

Lucy Christina Duff Gordon survécut au naufrage du Titanic avec style : au moment de la catastrophe, elle aurait porté un kimono de soie. 100 ans plus tard, la tenue est enfin mise aux enchères pour la modique somme de 80.000 $. Une vente à laquelle s'oppose sans surprise la descendance de Lady Duff.

Le kimono du Titanic mis aux enchères

Ce kimono de soie n'est qu'une des multiples reliques mises aux enchères par RR Auctions dès aujourd'hui et jusqu'au 26 avril. La salle de ventes mise sur le fait que Lady Duff aurait porté cet habit lorsqu'elle quitta le 'navire insubmersible' pour monter à bord d'un canot de sauvetage.

Cette éventualité est cependant contestée depuis de longues années déjà : le peignoir aurait également appartenu à la Comtesse de Halsburry, qui n'a jamais foulé le sol du Titanic. Un expert en textiles a en outre affirmé que le tissu a été utilisé juste après la Première Guerre Mondiale - quelques années donc après le naufrage du navire.

A l'époque du désastre, Lady Duff Gordon était une créatrice de mode confirmée qui possédait de nombreuses boutiques à Londres, à Paris et à New-York sous le pseudonyme 'Lucile'. Contrainte de se rendre à New-York pour affaires, elle embarqua à bord du Titanic en compagnie de son époux, Cosmo Gordon.

Le couple a eu la chance de se retrouver à bord du tout premier canot de sauvetage. En dépit d'une capacité de 40 personnes, le bateau ne comptait que 12 voyageurs à son bord : Cosmo Gordon soudoya l'équipage afin de s'assurer que le canot ne revienne pas tirer d'autres naufragés de l'eau glacée.

Un bien héréditaire coûteux

Le petit fils de Lady Duff fit cadeau du peignoir à Lord Anthony Halsburry, auteur d'un ouvrage intitulé 'Lucile - her life by design'. Par la suite, Lord Halsbury vendit la tenue à Philip Gowan, pour la somme de 5.000 $. Cette vente était néanmoins conditionnelle : l'historien ne devrait jamais exposer le vêtement. Cependant, Gowan ne tint pas sa promesse. La progéniture de Lady Duff exigea alors de récupérer le kimono, entre temps estimé entre 80.000 et 100.000 $. C'est ainsi que la fameuse tenue a fini par aboutir aux enchères.

En savoir plus sur:

Nos partenaires