Le ringard est-il le nouveau cool?

06/11/15 à 12:53 - Mise à jour à 12:55

Source: Weekend

De Gucci à Prada, cette saison hisse la nostalgie vintage au sommet de la modernité. Avec Wes Anderson pour chef de file, décryptage d'un dandysme volontairement désuet.

"Celui qui appartient véritablement à son temps, le vrai contemporain, est celui qui ne coïncide pas parfaitement avec lui ni n'adhère à ses prétentions, et se définit, en ce sens, comme inactuel" : c'est avec ces mots du philosophe italien Giorgio Agamben qu'Alessandro Michele présentait son premier défilé Femme pour Gucci, avec la ferme volonté de réveiller la maison florentine. Tensions, ruptures temporelles, décalages et, surtout, intellectualisation caractérisent ce vestiaire romantique, qui aurait pour ambition de relier le passé et le futur, de créer de nouvelles promesses. Les fleurs et les broderies bucoliques semblent sorties de tapisseries anciennes, les jupes sont plissées et vaporeuses, les blouses ornées de lavallières. Pour le créateur, originaire de Rome, loin du vestiaire glamour et contemporain de Frida Giannini, dont il fut précédemment le bras droit, cette première collection féminine et un peu androgyne devient une façon d'" affirmer [sa] liberté".
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires