Les maîtres de la hype, des réseaux sociaux et "filles qui s'la pètent"

23/03/16 à 15:40 - Mise à jour à 24/03/16 à 12:48

Source: Weekend

Au commencement était la Mode avec un grand M, dictée par les couturiers entourés des mondains qui leur servaient de cour, avec dans leur sillage quelques rédactrices de magazines ayant autorité sur le bon et le mauvais goût. Mais ça, c'était avant que la photo numérique et les réseaux sociaux ne décrètent la remise à zéro des compteurs du style.

Les maîtres de la hype, des réseaux sociaux et "filles qui s'la pètent"

© Isabelle Oziol de Pignol

L'illustratrice Isabelle Oziol de Pignol s'est intéressée à ces nouveaux prescripteurs, tour à tour jardinier militant, mère blogueuse, galeriste ou diva R'n'B qui fédèrent derrière leurs comptes Instagram ceux et celles qui partagent leur engouement pour une cause parfois, pour une paire de chaussures ou un luminaire, hélas, plus souvent.

Avec humour et bienveillance, celle qui fut dans les années 1990 et 2000 styliste Homme chez Balmain, Balenciaga et Burberry, croque le look de ces chefs de tribus inspirés de personnages croisés dans la vraie vie.

Les maîtres de la hype, des réseaux sociaux et "filles qui s'la pètent"

© Isabelle Oziol de Pignol

"L'art de se montrer sous son meilleur angle est désormais un classique du genre photographique, note-t-elle en préambule. Chacun peut potentiellement devenir une célébrité quantifiée par le nombre de commentaires enthousiastes, de retweets et autres partages que génère une image."

Que leurs motifs soient purement frivoles ou éthiquement engagés, les maîtres du monde de la hype n'ont pas eu à se forcer pour réveiller le Narcisse qui sommeille en eux. De petits textes à la précision teintée d'ironie accompagnent les croquis bien sentis de ces figures de style parfois au bord de la caricature d'elles-mêmes.

Les maîtres de la hype, des réseaux sociaux et "filles qui s'la pètent"

© Isabelle Oziol de Pignol

Si cela fait mouche, c'est parce que l'on adore se moquer des manies "des filles qui se la pètent". Et que l'on reconnaît au passage certains de nos travers, ces petits snobismes culturello-modeux qui font aussi, un peu ce qu'on est. Qu'on le veuille ou non.

Les maîtres de la hype, des réseaux sociaux et "filles qui s'la pètent"

Be Hype - La mode en réseaux, par Isabelle Oziol de Pignol, éditions de La Martinière.

Nos partenaires