Moffy, la top qui louche et qui monte

18/11/13 à 11:18 - Mise à jour à 11:18

Source: Weekend

Le mannequinat est un univers impitoyable, où les défauts ont rarement leur place. Pourtant, de temps en temps, l'audace et la créativité permettent à l'imperfection d'y pénétrer, et de faire bouger les canons un peu trop figés de ce qui serait beau et de ce qui ne le serait pas. Ainsi, le cas de Moffy...

Moffy, la top qui louche et qui monte

© http://stormmodels.com

Le mannequinat, par essence, est le royaume où la perfection physique règne en maître. Pourtant, quelques exceptions parviennent de temps en temps à en prendre les rênes: une Kate Moss, d'abord jugée trop petite, une Laëtita Casta, un peu trop pulpeuse et à la dentition inégale, ou un Lily Cole au visage trop rond.

A priori, Moffy a tout pour faire un modèle au top: mensurations idéales, silhouette parfaite, visage dans l'air du temps. Tout pour faire l'affaire des photographes et grandes marques, si ce n'est un petit détail: celui que l'on nomme si poétiquement "une coquetterie dans l'oeil". En d'autres termes, Moffy a un strabisme convergent très prononcé. Cette fille presque parfaite louche donc, ce qui lui fermait tout bonnement la porte des agences de mannequinat.

Jusqu'à ce que le photographe Tyrone LeBon la choisisse pour faire la couverture du Pop Magazine. Sur cette idée aussi brillante qu'audacieuse, il déclare. "Moffy est une fille que ma compagne, Adwoa, m'a suggéré. On a décidé de la photographier parce qu'on avait récemment shooté avec des modèles ordinaires et on voulait changer. Moffy n'a jamais été photographiée pour un magazine et c'est toujours quelque peu excitant de travailler avec une personne non expérimentée" . Tout simplement.

Une audace qui a rencontré un franc succès et a aussitôt permis à la jeune femme de signer un contrat avec la prestigieuse agence Storm, celle-là même qui avait découvert Kate Moss. De là à penser que les marques et magazines en viendraient à penser que de ces particularités physiques naissent le charme et le caractère...? Affaire à suivre

En savoir plus sur:

Nos partenaires