Polémique : Lara Stone grimée en noir, Lagerfeld n'aime pas les rondes

16/10/09 à 14:26 - Mise à jour à 14:26

Source: Weekend

Deux polémiques secouent le monde de la mode.

Polémique : Lara Stone grimée en noir, Lagerfeld n'aime pas les rondes

Dans le Vogue Paris du mois d'octobre, le mannequin Lara Stone apparaît grimé en noir sur la couverture. A l'intérieur sont publiés d'autres clichés du même genre du modèle néerlandais photographié par Steven Klein. Des photos qui provoquent la controverse dans le milieu de la mode.

L'édition française du magazine Vogue a publié ce mois-ci une série de photos créant la polémique. Sur 4 des 13 images, la peau du mannequin blanc est entièrement couverte de noir. Des photos artistiques qui provoquent colère et incompréhension.

Le magazine Times, suivi de nombreux avis similaires, reproche au magazine d'avoir préféré peindre en noir un mannequin blanc plutôt que de prendre une femme de couleur, pour qui il est déjà assez difficile de trouver du travail dans le milieu.

Le célèbre magazine de mode a même été accusé de racisme mais c'est plutôt la maladresse de ses dirigeants qui est mise en avant. Selon Dominique Sopo, président de l'association SOS racisme, cité par Fashionmag, "le shooting n'avait certes pas d'intentions racistes mais il manque de tact".

Les choix du photographe et de la rédactrice en chef sont ici pointés du doigt. Pareil sur le blog américain Jezebe, où l'on peut lire que "Steven Klein et Carine Roitfeld devraient savoir que peindre une femme en noir pour amuser les lecteurs blancs est offensant". Cette fois le magazine a touché un sujet sensible, mais se défend en insistant sur le fait que les textes joints aux photos mettent en avant la mise en scène, présentant une femme aux formes avantageuses plutôt que des mannequins squelettiques.

Karl n'aime pas les "rondes"

Autre propos choc cette fois-ci. A l'heure où tout le monde débat de l'influence que peuvent avoir des photos de mannequins très minces sur les adolescentes, Karl Lagerfeld, a déclaré dans le magazine Focus: "Les rondes n'ont pas leur place dans la mode !"

Le styliste allemand n'hésite pas à ajouter que "de toute façon les femmes rondes restent devant la télé à manger des chips en trouvant les mannequins hideux".

Des propos controversés prononcés suite à la décision du magazine "Brigitte", le féminin le plus vendu en Allemagne, d'échanger "les mannequins aux os saillants" contre des "vraies femmes". Une décision qui plaît beaucoup à la majorité des femmes de notre société mais apparemment pas à Karl Lagerfeld. D'après lui, le monde de la mode doit rester un fantasme, fait d'êtres inaccessibles et irréalistes.

Chez Ralph Lauren, une image déformée d'un mannequin

Aux Etats Unis, la marque Ralph Lauren se retrouve, elle aussi, au coeur d'une polémique sur la maigreur et la retouche photo. Mercredi, le mannequin Filippa Hamilton, l'un des visages de la marque depuis 2001, expliquait à l'émission américaine "Today Show" sa stupeur à la vue d'une publicité pour la marque la représentant: "j'étais choquée de voir cette fille super maigre avec mon visage. Je trouve très triste que Ralph Lauren puisse faire une chose pareille."

L'image en question, dont Ralph Lauren a depuis interdit la diffusion, aurait été utilisée "par erreur" dans un grand magasin japonais. Il n'empêche: en avril dernier, le contrat de Filippa n'avait pas été renouvelé. "Ils m'ont virée parce qu'ils ont dit que j'étais trop grosse et que je n'entrais plus dans leurs vêtements". Son poids (60kg pour 1.77m) n'a pourtant pas varié. Il semblerait que ce soit plutôt les vêtements utilisés lors des shootings qui aient rétréci.


Face aux multiples réactions sur les blogs, Ralph Lauren a riposté par un communiqué: "Depuis 42 ans, notre marque est fondée sur la qualité et l'intégrité. Après vérification, nous avons appris que nous étions responsables d'une retouche de mauvaise qualité ayant mené à une image déformée du corps féminin. Nous nous sommes attelés au problème. A l'avenir, nous nous assurerons que nos créations représentent correctement la marque." Cette affaire rejoint le souhait du parti démocrate anglais de légiférer contre les photos trop retouchées dans les publicités après la parution de l'ex-star des sixties Twiggy, complètement retouché, dans une campagne de pub pour la marque Olay. Le débat sur le poids des modèles et les manipulations des photos n'est certainement pas clos.

L.M, avec lexpress.fr

Nos partenaires