Quand le luxe valorise son histoire

23/11/17 à 13:30 - Mise à jour à 16:50
Du Le Vif Weekend Black du 24/11/17

L'histoire est devenue un enjeu capital pour les grandes maisons de mode, en particulier celles qui ont survécu à leur créateur. Pour rester désirable, le mythe doit être entretenu. Un exercice de style auquel s'attellent, ensemble, services patrimoine et communication.

Cela devait être l'un des temps forts de la Fashion Week parisienne, en septembre dernier, le coeur n'y était pourtant pas tout à fait. Pierre Bergé, sans doute assuré du devoir accompli, avait tiré sa révérence quelques jours avant l'ouverture officielle de " ses " musées. Parti rejoindre Yves Saint Laurent, diront ceux qui feindraient d'ignorer que l'homme ne s'illusionnait guère en matière d'au-delà, l'amateur d'art n'aura jamais déambulé dans ces espaces, entièrement dédiés, l'un à Paris et l'autre à Marrakech, à l'oeuvre du couturier avec qui il avait partagé son existence. Pour animer ces lieux, la direction des deux musées pourra s'appuyer sur un patrimoine unique parce que constitué du vivant du créateur, sous sa supervision attentive. Méticuleusement conservée depuis 1981 - un costumier est engagé spécialement pour cette tâche -, cette collection qui contient aujourd'hui plus de 7 000 pièces de haute couture, les accessoires qui vont avec, les croquis, les fiches d'atelier et de manutention, sans oublier la centaine de " mannequins clientes ", aux mesures des plus fidèles d'entre elles, peut être légitimement considérée comme la première du genre. Celle, en tout cas, qui a modifié la manière dont la mode décidera ensuite de faire parler d'elle.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires