Rave party pour fins gourmets

20/05/11 à 11:32 - Mise à jour à 11:32

Source: Weekend

En Californie, les amateurs de bonne cuisine et produits artisanaux peuvent dire merci à Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux.

Rave party pour fins gourmets

© ThinkStock

En Californie, les amateurs de bonne cuisine et produits artisanaux peuvent dire merci à Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux. Grâce au pouvoir d'Internet, les voici informés du moment et du lieu où sera organisé le prochain Pop-Up General Store, un concept lancé il y a un peu plus d'un an par deux restaurateurs de la Baie de Californie, Samin Nosrat et Christopher Lee. Lors de ces événements à la mobilisation éclair, se trouvent rassemblés des vendeurs d'ingrédients et de préparations bio, naturels et écologiques, soigneusement triés sur le volet. Autant de délices à découvrir pendant deux heures à peine.

À mesure que le bouche à oreille virtuel fonctionne, le succès de cette manifestation gastronomique underground ne cesse de croître de manière exponentielle. On comprend aisément pourquoi la sauce prend si facilement. Tout d'abord, c'est son caractère officieux, éphémère et sortant des sentiers battus qui plaît, et ce même si la recette est élaborée en toute légalité, les deux gentils chefs organisateurs ayant une réputation à tenir.

Le Pop-Up General Store surfe par ailleurs sur l'air du temps. En cette ère où les émissions de télé-réalité axées sur la cuisine cartonnent partout, il est logique que les téléspectateurs gourmands aient envie, eux aussi, de se mitonner de bons petits plats, réalisés à base d'ingrédients de qualité. À défaut, pour les moins habiles ou les plus paresseux d'entre eux, d'acheter des mets délicieux et uniques.

Et puis, il y a aussi (et surtout) l'aspect communautaire. L'internaute ne se contente plus de dire " I like ", depuis son ordinateur. Il descend dans la rue, apprécie en vrai de nouvelles saveurs, rencontre d'autres passionnés... Rien que pour cela, il serait temps que ces pop-up stores gourmands traversent l'Atlantique, jusqu'à chez nous... On salive déjà rien qu'à y penser.

Catherine Pleeck

Nos partenaires