Weekend Fashion Award, nos candidats (3/8)

05/09/13 à 16:13 - Mise à jour à 16:13

Depuis juin dernier, Emmanuelle Lebas, 24 ans, est diplômée de La Cambre mode(s), à Bruxelles. Pour sa collection Statuary, elle s'est inspirée des équipements sportifs des siècles passés.

Sa bio débute dans le sud de la Belgique. Emmanuelle Lebas grandit à Bouillon, étudie à l'Académie des beaux-arts de Vresse et puis direction Bruxelles et La Cambre mode(s) dont elle sort diplômée en juin dernier.

Entre temps, elle a remporté, en juin 2012, le Prix Codefrisko/Pure, qui récompense et encourage un étudiant de cette école, et boosté son CV avec quelques stages fructueux - chez Cathy Pill, Ann-Sofie Back et Cheap Monday, auprès d'un tailleur traditionnel - et un apprentissage axé sur la chaussure, sa préférence, en France, chez Joachim de Callataÿ et Robert Clergerie. Sa collection Femme, elle l'a appelée Statuary. Elle a fait le détour, de la garde-robe de Serena Williams en passant par la statuaire antique, pour nourrir ses inspirations.

Emmanuelle Lebas a pioché dans l'histoire, les vêtements et équipements sportifs de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe, leurs " longues proportions, impropres à la pratique d'un sport. Je voulais essayer de retrouver une élégance sportive ", d'où son attention particulière au plissé, qu'on retrouve dans les tenues des athlètes. " Ce qui m'a conduit à une autre source d'inspiration, toujours en background chez moi : l'architecture antique gréco-romaine, ses colonnes doriques et ioniques et ses piliers facettés, sa solennité. "

Ses recherches la poussent alors à travailler des silhouettes affinées avec une réminiscence du style plissé d'antan mais réinterprété en 3D, " éclaté " pour une autre dynamique. Le tout, dans du crêpe, pour son " tomber lourd, opaque ". Elle joue " avec les textures marbrées, le blanc, qui est la couleur officielle de Wimbledon et qui renforce l'effet architectural de ma collection. " Et qu'elle confronte à des tons qui " clashent ", le bleu perse, le rouge Burgundy et le jaune néon. " Je désirais mêler le présent et le passé, dit-elle, et créer un contraste de lignes graphiques pour briser la verticalité de l'ensemble. "

Anne-Françoise Moyson

www.emmanuellelebas.be

Nos partenaires