Zara copie le blog de Betty

26/05/10 à 17:04 - Mise à jour à 17:04

Source: Weekend

Minute Mode - Un tee-shirt de l'enseigne espagnole s'avère fortement inspiré d'une photo mise en ligne par une blogueuse mode française. L'intéressée s'étonne que Zara ait agi sans son autorisation.

Zara copie le blog de Betty

© www.leblogdebetty.com

Lors d'un voyage à Miami en juillet dernier, Betty, l'une des blogueuses de mode françaises les plus lues -30 000 visiteurs par jour en moyenne- met en ligne une photo d'elle (ci-dessus, à gauche). Il y a quelques semaines, une amie lui rapporte d'Asie le tee-shirt de droite, acheté dans un magasin Zara. Les similitudes entre les deux images ont beau sauter aux yeux, le géant espagnol n'a pas estimé nécessaire de prévenir Betty de la diffusion de ce tee-shirt. Choquée, la blogueuse reporte l'incident sur son site dans une note sobrement intitulée "Zara, we have a problem" ("Zara, nous avons un problème").

Contactée par email, Betty reconnaît qu'elle n'a pour l'instant pas l'intention d'intenter une action en justice contre Zara, qu'elle juge "trop coûteuse". Surprise par le soutien de ses lectrices (sa note a recueilli plus de 600 commentaires) et par le bruit que l'affaire a déclenché sur Internet, elle espère en revanche "que Zara en prend un peu pour son grade" au passage.

Si l'histoire ressemble à celle de l'arroseur arrosé -de nombreuses blogueuses mode sont en effet bien contentes de trouver chez Zara des pièces inspirées des marques de créateurs- l'étonnement de Betty semble légitime. Alors que des marques telles qu'André et La Redoute font aujourd'hui appel à la créativité de blogueuses influentes pour se renouveler, une marque aussi puissante qu'Inditex (la maison mère de Zara) ne peut-elle pas se permettre d'acheter les photos qui inspirent ses stylistes? L'enseigne n'en serait en outre pas à son coup d'essai: en 2008 déjà, le quotidien espagnol El Mundo avait présenté un cas similaire. Les dessins en question n'étant à l'époque pas des modèles déposés, l'illustratrice n'avait pu obtenir gain de cause.

avec LEXPRESS.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires